Immigration

15 juin 2019 04:12; Act: 16.06.2019 07:28 Print

Un bout de l'accord secret Mexique-USA rendu public

Le Mexique a rendu publique vendredi une annexe «confidentielle» de l'accord avec Washington sur l'immigration illégale.

storybild

Marcelo Ebrard, ministre mexicain des Affaires étrangères. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Mexique a rendu publique vendredi une annexe de l'accord sur l'immigration illégale qu'il a conclu le 7 juin avec les États-Unis, un document que le président Donald Trump avait présenté comme confidentiel.

Selon ce document qui a été distribué aux journalistes à Mexico, les deux pays se sont engagés à discuter «les termes définitifs d'un accord bilatéral contraignant pour une meilleure distribution de la charge et l'attribution de responsabilités pour le traitement des demandes d'asile».

Donald Trump avait évoqué lundi dernier l'existence d'une clause secrète qui permettrait selon lui aux Etats-Unis de contraindre le Mexique à stopper la migration de clandestins vers le territoire américain. Il avait montré de loin à la presse mardi un texte de ce document, déclarant qu'il allait laisser le Mexique «le divulguer au bon moment». Mais l'agrandissement de photos du document avait permis de révéler partiellement son contenu.

Le document rendu public à Mexico, signé par un conseiller juridique de chacune des deux parties, déclare que si le flux de clandestins traversant le Mexique pour se rendre aux États-Unis n'est pas freiné, le Mexique pourrait accepter de traiter les demandes du statut de réfugié.

6000 soldats à la frontière avec le Guatemala

Dans son dernier paragraphe, ce document annexe indique que si les États-Unis déterminent 45 jours après la signature de l'accord migratoire que les mesures qu'il contient «ne produisent pas de résultats», le gouvernement mexicain prendra «toutes les mesures nécessaires conformes à la loi nationale» pour qu'un «accord bilatéral contraignant» entre en vigueur 45 jours plus tard.

«Il ne s'agit pas d'un accord bilatéral contraignant, mais d'un document annexe à la déclaration conjointe entre les deux pays», a assuré le ministère mexicain des Affaires étrangères en diffusant le texte en anglais que Donald Trump avait montré à distance aux journalistes.

Le ministre mexicain des Affaires étrangères Marcelo Ebrard a été entendu vendredi à Mexico devant la commission permanente du Congrès pour répondre à des inquiétudes de l'opposition. Il a assuré que lors des discussions avec les États-Unis, le Mexique n'avait pas accepté d'avoir le statut de «pays tiers sûr», ce qui signifierait que les migrants qui arrivent sur son territoire devraient demander l'asile au Mexique et non aux États-Unis. «Le Mexique n'acceptera pas de signer un accord de pays tiers sûr», a déclaré Marcelo Ebrard.

Le Mexique doit achever mardi prochain le déploiement de 6000 hommes de la Garde nationale à sa frontière avec le Guatemala, un des engagements de Mexico envers Washington pour freiner l'immigration illégale vers les États-Unis. La conclusion le 7 juin de l'accord sur l'immigration illégale a permis au Mexique d'échapper à la menace brandie par Donald Trump de l'imposition de droits de douane sur l'ensemble des produits mexicains importés aux États-Unis.

(nxp/afp)