Burkina Faso

15 février 2019 00:19; Act: 15.02.2019 00:19 Print

Un cadavre piégé explose et tue un médecin

Un médecin militaire a été tué jeudi dans l'explosion d'un cadavre piégé abandonné sur une route du nord du Burkina.

storybild

Un soldat burkinabè à l'entraînement. (Image d'archive) (Photo: AFP)

Une faute?

Un médecin militaire burkinabè a été tué et deux policiers blessés jeudi dans l'explosion d'un cadavre piégé à Djibo, dans le nord du Burkina Faso, selon une source sécuritaire.

«Un officier militaire, médecin du groupement des forces de sécurisation du nord, a été tué jeudi matin lors d'une mission à Djibo», chef-lieu de la province du Soum, a déclaré à l'AFP une source sécuritaire. «Il est décédé dans l'explosion d'un corps (humain) piégé avec un engin explosif artisanal, qui avait été revêtu d'une tenue militaire et abandonné sur une route».

Alerté de la découverte du corps sans vie d'un homme, présenté comme un militaire, une équipe de policiers et de militaires avait été dépêchée sur les lieux pour un «constat et une identification» de la victime, a-t-il indiqué. «C'est en voulant retourner le corps que l'explosion s'est produite, tuant sur le coup le médecin militaire et blessant deux autres membres de cette équipe », a-t-il précisé.

«Les deux blessés, dont l'un dans un état grave, ont été reçus au centre médical de Djibo, où ils sont pris en charge», a confié une source médicale à Djibo.

Explosion des violences

Pays sahélien pauvre, le Burkina Faso fait face depuis plusieurs mois à une explosion des violences attribuées à des groupes djihadistes , que les forces de l'ordre semblent impuissantes à enrayer, bien qu'elles assurent régulièrement procéder à des opérations contre ces groupes.

Les groupes djihadistes utilisent depuis l'an dernier des engins explosifs artisanaux, placés notamment au bord des routes (technique de guérilla courante en Irak ou au Mali) mais c'est vraisemblablement la première fois au Burkina qu'un corps humain est piégé.

Trois attaques ont été perpétrées la semaine dernière, dont une ayant tué cinq gendarmes le jour même où le président burkinabè recevait ses homologues du G5 Sahel pour un sommet consacré à la lutte antiterroriste.

Attribuées principalement aux groupes djihadistes Ansaroul Islam et Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), les attaques ont fait depuis 2015 plus de 300 morts, selon un comptage de l'AFP, voire plus de 500 selon d'autres sources.

(nxp/afp)