Front National

25 mars 2011 20:04; Act: 25.03.2011 20:12 Print

Un candidat faisant le salut nazi suspendu

Un candidat du Front National (FN) aux élections cantonales a été photographié en faisant le salut nazi. Son parti l'a suspendu.

storybild

Alexandre Gabriac, candidat dans le canton n°6 de Grenoble, a été suspendu du parti. (Photo: Impression écran du site nouvelobs.com)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Front national (FN, extrême doite) a annoncé vendredi la suspension du parti d'un de ses candidats aux élections cantonales, dont le 2e tour a lieu dimanche en France, après la publication sur internet d'une photo de cet homme faisant le salut hitlérien devant un drapeau nazi.

Le secrétaire général du parti, Steeve Briois, a déclaré à l'AFP que le candidat était «suspendu du FN et d'ores et déjà, ne représente pas le FN au second tour des cantonales». «Il sera exclu», a-t-il assuré.

Le NouvelObs.com a publié vendredi une photo, non datée, d'Alexandre Gabriac, candidat à Grenoble (centre-est), faisant de la main gauche le salut hitlérien devant un drapeau nazi, un poing américain dans la main droite.

Plusieurs autres photos ont par la suite été postées sur internet, où l'on voit cet homme faisant le même geste.

Alexandre Gabriac, 20 ans, est conseiller régional et membre du comité central du FN, où il appartient au courant de Bruno Gollnisch, adversaire malheureux de la présidente du FN, Marine Le Pen, au dernier congrès du parti.

«C'est un montage. On ne me reconnaît pas sur cette photo où j'ai les yeux masqués», a déclaré à l'AFP le plus jeune conseiller régional de France, qui a ajouté qu'il avait l'intention de porter plainte contre le site internet du Nouvel Observateur.

Fortes chances que cette photo soit réelle

Mais pour le secrétaire général du FN, il y a «de fortes chances pour que cette photo soit réelle». «Il faudra qu'il nous prouve que cette photo est un montage», a dit M. Briois, assurant vouloir envoyer un «signe»: «au Front National, il n'y a pas de place pour des personnes qui ont cette idéologie».

Moins provocatrice que son père Jean-Marie Le Pen, à qui elle a succédé le 16 janvier, Marine Le Pen inscrit le discours de son parti dans la mouvance des partis populistes et d'extrême droite européens, en Suisse et aux Pays-Bas notamment.

La droite rassemblée autour du président Nicolas Sarkozy a subi une déroute le 20 mars au premier tour de ces élections au niveau départemental, dernier test grandeur nature avant la bataille de la présidentielle du printemps 2012.

Avec 17% des voix, l'UMP (droite) a été largement devancée par le Parti socialiste (PS, 25%) mais surtout talonnée par le Front national (FN, 15%) de Marine Le Pen, qui réalise de loin son meilleur score dans ce type de scrutin.

(afp)