Tempête en France

16 décembre 2011 10:04; Act: 16.12.2011 21:40 Print

Un cargo s'échoue en Bretagne

Environ 400'000 foyers français étaient privés d'électricité vendredi matin à cause de la tempête Joachim et un cargo contenant des hydrocarbures s'est échoué.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La première grosse tempête de l'hiver en France a privé de nombreux foyers d'électricité et a provoqué une pollution aux hydrocarbures en Bretagne, où un cargo s'est échoué. Joachim a commencé à balayer le nord du pays d'Est en Ouest dans la nuit de jeudi à vendredi.

Quatre départements restaient en vigilance orange vendredi soir en raison notamment d'un fort risque d'avalanches sur les Alpes et d'un déferlement de vagues prévu sur le sud de la Corse dans la soirée. Des crues étaient signalées dans le Finistère, la Manche, les Deux-Sèvres, les Vosges et le département de la Meuse.

Il n'y a pas de victimes mais plus de 600'000 foyers ont été privés de courant. Celui-ci a été rétabli pour la moitié d'entre eux mais d'autres coupures sont à prévoir, précise le ministère de l'Energie dans un communiqué.

Nouvelles coupures à prévoir

«La tempête n'est pas terminée. La difficulté de la tempête Joachim par rapport aux autres tempêtes est qu'elle se maintient et se déplace très lentement de l'Ouest vers l'Est. De nouvelles coupures sont donc à prévoir», indique le ministère. Le ministère prévoit un retour à la normale avant la fin du week-end.

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a dit que quelques dizaines de personnes avaient été évacuées de zones inondables, notamment sur la côte Atlantique.

La Bretagne et le littoral atlantique ont été les premiers touchés par la tempête, avec de violentes rafales de vent atteignant 130 à 140 km/h sur le littoral, 110 à 130 km/h à l'intérieur des terres, de fortes pluies et des risques d'inondations localisées.

Cargo échoué

En raison de ces mauvaises conditions météorologiques, un cargo maltais s'est échoué dans la nuit près d'Erdeven, dans le Morbihan. Les 19 membres d'équipage du navire, qui transportait du ballast, ont été évacués par hélicoptère.

Une brèche dans la coque du navire a provoqué une fuite d'hydrocarbures, entraînant une nappe de 1 km sur 5 km se dirigeant vers la plage d'Erdeven, dit la préfecture du Morbihan dans un communiqué.

Violentes rafales sur le littoral

Dans l'intérieur des terres, de nombreuses rafales ont été relevées entre 90 et 100 km/h, avec des pointes au-delà de 110 km/h en Ile-et-Vilaine, rapporte Météo France. A Brest, dans le Finistère, le vent a soufflé jusqu'à 116 km/h. Des pointes à 126 km/ h ont été enregistrées à Vannes, dans le Morbihan.

«Le vent fort génère de très puissantes vagues occasionnant de forts déferlements sur la façade atlantique, notamment au moment de la pleine mer en matinée de vendredi», indique Météo France.

En Gironde, Electricité de France (EDF) a déclenché vendredi matin un plan d'urgence préventif à la centrale nucléaire du Blayais en raison de vents forts attendus. La météo s'améliorant, le dispositif a été levé vers 13h00.

Trafic ferroviaire perturbé

Le trafic SNCF a été très perturbé dans les régions Pays-de-Loire et Bretagne en raison des dégâts provoqués par la tempête sur les voies.

La SNCF prévoyait toutefois un trafic revenu à la normale sur son réseau vendredi à partir de 16h00, quand des dizaines de milliers de vacanciers devaient se presser dans les gares, après des perturbations dans la journée imputables à la tempête Joachim, a annoncé à l'AFP une porte-parole.

En Ile-de-France, des perturbations du trafic aérien étaient pssibles sur les aéroports d'Orly et de Roissy en raison des impératifs de sécurité imposés lorsque des vents soufflent au-delà de 100 km/h, a prévenu Aéroports de Paris. Des retards n'étaient pas exclus.

Les sept stations de Haute-Savoie qui avaient ouvert leur domaine skiable pendant la semaine ont été fermées vendredi en raison du vent afin d'assurer la sécurité des skieurs, a indiqué l'organisme de promotion Savoie Mont-Blanc Tourisme. La circulation au Tunnel du Mont-Blanc était elle difficile vendredi matin.

A Strasbourg, les cabanons du marché de Noël sont restés fermés une grande partie de la journée vendredi en raison des vents violents. La tempête devrait être passée vendredi soir.

(ap/afp)