Liban/sud

09 décembre 2011 10:33; Act: 09.12.2011 10:40 Print

Un convoi de l'ONU attaqué: six blessés

Six personnes ont été blessés, dont cinq Casques bleus français, dans une attaque perpétré contre un convoi des Nations Unies.

Une faute?

Un civil et cinq Casques bleus français ont été blessés vendredi dans une attaque qui visait leur patrouille à Tyr, dans le sud du Liban, a indiqué à l'AFP un responsable des forces de sécurité.

Il a précisé, sous couvert de l'anonymat, qu'une bombe dissimulée sur le bas-côté de la route, sous de la terre, avait été déclenchée au passage de la Jeep des soldats de l'ONU, à une intersection dans l'est de cette ville côtière.

Deux des soldats blessés ont été transportés vers l'hôpital, alors que les trois autres --une femme et deux hommes -- étaient debout, la tête bandée, l'un d'eux ayant la tête en sang, à côté de leur voiture très endommagée, a constaté un correspondant de l'AFP.

La puissante explosion a creusé un cratère profond d'un mètre, et les forces de sécurité établissaient un périmètre de sécurité alors que des centaines de badauds s'attroupaient.

La Force de l'ONU déployée dans le sud du Liban (Finul) n'était pas joignable pour commenter l'attaque vendredi matin.

Le 26 juillet, six Casques bleus français avaient déjà été blessés par une explosion d'origine indéterminée, jamais revendiquée, qui avait touché un convoi de la Finul près de Saïda (sud).

Cela avait poussé le président français Nicolas Sarkozy à écrire le 3 août au Premier ministre libanais Najib Mikati pour lui dire que la France pourrait remettre en question sa présence au sein de la Finul si un attentat semblable se reproduisait.

M. Mikati avait réagi le 1er septembre en déclarant que son pays souhaitait «fortement» que la France maintienne sa participation, soulignant que «la participation de la France à la Finul a aidé à favoriser un sentiment de sécurité parmi les Libanais».

La Finul a été mise sur pied en 1978 afin de surveiller la frontière entre le Liban et Israël. Sa mission a été prolongée et étendue après la guerre de 2006 entre l'Etat hébreu et les militants libanais chiites du Hezbollah, qui a fait environ 1200 morts, pour la plupart des civils.

(afp)