Pérou

13 septembre 2018 00:00; Act: 13.09.2018 00:01 Print

Un guérillero condamné à perpétuité a fui en France

Un dirigeant de la guérilla du Sentier lumineux, Moises Limaco, condamné à la perpétuité pour terrorisme, s'est enfui en France.

storybild

Douze personnes étaient jugées dans le procès de l'attentat de 1992, dont le chef historique du mouvement, Abimael Guzman, qui purge déjà une peine de prison à vie. et Moises Limaco qui a fui en France. (Mercredi 12 septembre 2018) (Photo: AFP)

Une faute?

Le Pérou a dénoncé mercredi la fuite en France d'un dirigeant de la guérilla maoïste du Sentier lumineux, Moises Limaco, condamné mardi à la prison à perpétuité pour sa participation à un attentat qui a fait 25 morts et plus de 150 blessés en 1992.

La justice péruvienne a ordonné sa «localisation et sa capture au niveau national ou international» et les autorités devaient adresser une demande officielle en ce sens à Interpol.

Moises Limaco, 57 ans, purgera sa peine «une fois qu'il aura été capturé ou qu'il se sera présenté de lui-même» aux autorités péruviennes, selon la décision de justice prononcée mardi soir.

Moises Limaco avait assisté en liberté jusqu'au 29 mai à son procès, qui avait débuté en février 2017. N'étant pas soumis à une interdiction de quitter le territoire, il a pu s'envoler pour Paris le 11 juin sur un vol Air France, selon la police aux frontières péruvienne.

Le «Pol Pot des Andes»

Douze personnes étaient jugées dans le procès de l'attentat de 1992, notamment le chef historique du mouvement, Abimael Guzman, qui purge déjà une peine de prison à vie. Moises Limaco, Abimael Guzman, et neuf autres dirigeants de cette rébellion déjà derrière les barreaux ont été condamnés à la prison à perpétuité, tandis que la douzième accusée, Elizabeth Cardenas, a été acquittée.

Abimael Guzman, âgé de 83 ans et surnommé le «Pol Pot des Andes» en raison de la cruauté du Sentier lumineux, est incarcéré depuis sa capture à Lima en 1992, sous la présidence d'Alberto Fujimori (1990-2000) qui avait lancé une féroce répression du mouvement. Son arrestation avait amorcé la fin du conflit qui ensanglantait le pays.

La commission Vérité et Réconciliation a chiffré en 2003 à quelque 70'000 les morts ou disparus durant les 20 ans de conflit entre l'armée et les guérillas du Sentier lumineux (maoïste) et du Mouvement Révolutionnaire Tupac Amaru (MRTA, guévariste).

Ancien professeur de philosophie de l'université d'Ayacucho (sud), Abimael Guzman avait créé son mouvement en 1969 sous le nom de Parti communiste du Pérou-Sentier puis lancé en mai 1980 ce qu'il appelait une «guerre populaire».

(nxp/afp)