Fusillade de Munich

23 juillet 2016 14:35; Act: 23.07.2016 15:42 Print

Un jeune solitaire et fan de jeux vidéo violents

Serviable et sans histoires, réservé et amateur de jeux vidéo de guerre: pour ses voisins, encore sous le choc, rien ne pouvait laisser présager l'acte fou du tireur de Munich.

Voir le diaporama en grand »
La justice allemande a condamné à sept ans de prison ferme l'homme qui avait fourni un pistolet semi-automatique au jeune déséquilibré. (Vendredi 19 janvier 2018) L'Allemagne s'est recueillie dimanche à Munich derrière Angela Merkel et le président Joachim Gauck à la mémoire des 9 personnes tuées il y a une semaine par un jeune forcené. (Dimanche 31 juillet 2016) L'Allemagne s'est recueillie dimanche à Munich derrière Angela Merkel et le président Joachim Gauck à la mémoire des 9 personnes tuées il y a une semaine par un jeune forcené. (Dimanche 31 juillet 2016) La chancelière allemande et sa politique migratoire sont mises à mal après les attaques successives qu'a connu l'Allemagne. (Mardi 26 juillet 2016) La police bavaroise a indiqué lundi avoir relâché un ado afghan, ami de l'auteur de la tuerie, qui avait été interpellé la veille. Le commissaire Hermann Utz (ici lors de la conférence de presse) a indiqué que les deux amis jouaient beaucoup à des jeux vidéo violents et que le tueur s'était comporté «comme dans un jeu vidéo». (25 juillet 2016) Les hommages aux victimes continuaient d'affluer devant le lieu de la tuerie, ce week-end. Une vidéo amateur a permis de rapidement faire la lumière sur la fusillade de Munich. Elle a largement circulé sur les réseaux sociaux. (Dimanche 24 juillet 2016) Le président des investigations criminelles en Bavière Robert Heimberger donne une conférence de presse ce dimanche 24 juillet 2016. Il y dévoile notamment le caractère prémédité de l'acte du tueur de Munich. (24 juillet 2016) Samedi soir, la police tentait de lever les dernières zones d'ombre sur les motivations de l'auteur de la fusillade de Munich, alors qu'un débat s'est engagé sur le durcissement de la législation des armes en Allemagne. (23 juillet 2016) La police va devoir déterminer comment le tueur a pu se procurer son arme, un pistolet Glock 17 de 9 mm acquis illégalement. Déjà un débat s'est engagé sur la nécessité de durcir la législation sur les armes à feu. «Nous devons examiner avec beaucoup de soin si et où il nous faut le cas échéant légiférer», a déclaré le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière. la Tour Eiffel s'est parée samedi des couleurs de l'Allemagne pour rendre hommage aux victimes de la tuerie. Anders Breivik, auteur d'un massacre en Norvège en 2011, aurait inspiré le tueur de Munich, David Ali Sonboly. (23 juillet 2016) La police a trouvé dans le sac à dos du tueur, identifié comme David Ali Sonboly, 300 munitions. L'auteur de la tuerie avait sans doute piégé ses victimes en piratant un compte Facebook pour les inviter à se rendre dans un restaurant McDonald's et y bénéficier de réductions, a affirmé le ministre allemand de l'Intérieur. (Samedi 23 juillet 2016) Au lendemain de la fusillade qui a coûté la vie à 10 personnes, dont de nombreux adolescents, un autel s'est improvisé devant le centre commercial où est survenu la fusillade qui est le fait d'un déséquilibré isolé et non du groupe Etat islamique, a informé la police ce samedi 23 juillet 2016. Les autorités allemandes ont indiqué que la fusillade était l'acte d'un «forcené» et n'avait rien à avoir avec le djihadisme et l'organisation Etat islamique. «Nous partons du principe qu'il s'agit d'un acte classique d'un forcené» qui a agi sans motivation politique, a déclaré à la presse un représentant du parquet de Munich, «il n'y a pas d'autres raisons». La police allemande tentait samedi matin d'en savoir plus sur l'identité et les motivations jusqu'ici obscures du jeune Germano-Iranien de 18 ans, auteur présumé de la fusillade (23 juillet 2016). Dans tout le pays, les drapeaux doivent être mis en berne en hommage aux victimes dont on ignore actuellement l'âge ou la nationalité. (23 juillet 2016). Le père de l'une des victimes, sous le choc. (23 juillet 2016) A Munich, la vie reprenait peu à peu son cours. (23 juillet 2016) La police patrouillait dans les rues de la capitale bavaroise. (23 juillet 2016) Les habitants de Munich viennent de vivre une nuit d'horreur. (Samedi 23 juillet 2016) Le chef de la police de Munich Hubertus Andrae a indiqué lors d'une conférence de presse que parmi les 16 blessés, trois étaient grièvement atteints. (Samedi 23 juillet 2016) Les transports en commun ont été rouverts. (Vendredi 22 juillet 2016) La police a annoncé «la fin de l'alerte» tout en déclarant rester «prudente». (Vendredi 22 juillet 2016) Les motivations du tireur sont «totalement non élucidées» à ce stade, selon la police. (Vendredi 22 juillet 2016) «L'auteur est un germano-iranien de 18 ans de Munich» qui n'était pas connu des services de police, a déclaré le chef de la police locale, Hubertus Andra. (Vendredi 22 juillet 2016) (Vendredi 22 juillet 2016) Trois hommes armés sont d'abord recherchés par la police, qui annoncera plus tard que le tireur avait probablement agi seul avant de se suicider. (Vendredi 22 juillet 2016) Seize personnes ont également été blessées. (Vendredi 22 juillet 2016) La police de Munich en Allemagne a confirmé vendredi que neuf personnes avaient été tuées. (Vendredi 22 juillet 2016) La panique règne à Munich. (Vendredi 22 juillet 2016) Tout le quartier est bloqué. (Vendredi 22 juillet 2016) La ville Munich est en état de siège pendant plusieurs heures. (Vendredi 22 juillet 2016) La gare centrale de Munich est à l'arrêt. Plus aucun transport en commun ne circule pendant plusieurs heures. (Vendredi 22 juillet 2016) Une unité spéciale anti-terroriste a été envoyée à Munich. (Vendredi 22 juillet 2016) D'importants moyens policiers sont arrivés sur place. (Vendredi 22 juillet 2016) Cette «attaque meurtrière de Munich m'horrifie au plus point», a déclaré le président allemand Joachim Gauck dans un communiqué. (Vendredi 22 juillet 2016) La chancelière allemande Angela Merkel a convoqué pour samedi à Berlin une réunion de son conseil fédéral de sécurité. (Vendredi 22 juillet 2016) Il s'agit de la troisième attaque contre des civils en Europe en moins de dix jours. (Vendredi 22 juillet 2016) La fusillade s'est poursuivie dans le centre, situé près du stade olympique. (Vendredi 22 juillet 2016) La fusillade de Munich a éclaté peu avant 16h00 GMT dans un restaurant McDonald's qui borde le centre commercial, avant de se poursuivre dans une rue adjacente. (Vendredi 22 juillet 2016) Les autorités ont fait évacuer les civils qui se trouvaient à l'intérieur du centre commercial. Le quartier a été bouclé. (Vendredi 22 juillet 2016) Selon le quotidien «Bild», l'auteur de la fusillade a couru dans le centre commercial et fait feu sur plusieurs personnes, avant de s'enfuir en direction d'une station de métro. (Vendredi 22 juillet 2016) Des dizaines de véhicules de secours ont afflué aux abords du centre commercial, où est arrivée également une unité des forces spéciales de la police. (Vendredi 22 juillet 2016) Le centre commercial en question se trouve à proximité du stade olympique de Munich, où le groupe palestinien Septembre noir avait pris en otages onze athlètes israéliens avant de les abattre, lors des Jeux olympiques d'été 1972. (Vendredi 22 juillet 2016) Une fusillade a éclaté vendredi soir dans le centre commercial Olympia de Munich. (Vendredi 22 juillet 2016)

Sur ce sujet
Une faute?

David Ali Sonboly, le jeune Germano-Iranien de 18 ans auteur de la fusillade qui a fait 9 morts à Munich, vivait avec sa famille dans un immeuble de logements sociaux moderne et discret, au coeur d'un quartier (Maxvorstadt) plutôt aisé de la capitale bavaroise, non loin du centre.

A l'entrée du bâtiment, coincé entre une concession de voitures de luxe Mazerati et une boutique de robes de mariée, au 69 de la Dachauer Strasse, Delfye Dalbi cherche en vain le moindre indice d'une faille chez son jeune voisin.

«Je ne l'ai jamais vu en colère, je n'ai jamais entendu de problème avec la police ou avec les voisins», raconte cette mère de famille d'origine macédonienne qui habite au premier étage de la résidence.

Une personne serviable

L'auteur de la tuerie vivait avec ses parents et son jeune frère dans un trois-pièces du cinquième étage et avait fréquenté l'école du quartier, précise-t-elle. «Il était très gentil, serviable. Il riait comme toute personne normale (...) Quelque chose s'est passé dans sa tête», ne peut-elle que lâcher.

Les deux parents sont iraniens, selon le voisinage, le père chauffeur de taxi, la mère ancienne employée de la chaîne de grands magasins Karstadt.

«Je suis vraiment désolée pour la famille, même pour ce garçon (...) Les gens disent que c'est parce qu'il est musulman, ça n'a rien à voir avec la religion musulmane», insiste Delfye Dalbi. Une autre voisine confirme: la famille n'était pas «spécialement religieuse».


Un solitaire

Pour Sedik Ali, un Afghan de 29 ans, le tueur, plutôt grand et costaud, laissera surtout le souvenir d'un jeune homme seul, à l'écart des autres. «C'est étrange, mais il ne parlait jamais avec nous», note ce voisin, qui jouait en revanche régulièrement au ballon avec son jeune frère dans un parc du quartier.

L'auteur de la tuerie souffrait en fait d'une «forme de dépression», a annoncé samedi le procureur de Munich, décrivant l'acte classique d'un «forcené», sans lien avec le groupe Etat islamique (EI).

Dans une vidéo amateur filmée au moment de la fusillade, il s'écrie en réponse à un riverain qui le traite de métèque: «Je suis Allemand, je suis né ici» puis, comme en forme excuse, «j'étais en traitement hospitalier».

Selon une source policière citée par l'agence DPA, il était un fan de jeux vidéos de guerre et, plus symptomatique, un admirateur d'un jeune Allemand de 17 ans qui avait perpétré un massacre dans son école près de Stuttgart en 2009.



(afp)