Jihadistes expulsés de Turquie

12 novembre 2019 10:34; Act: 12.11.2019 11:49 Print

Personne ne veut de lui: il est coincé entre deux pays

Lundi, la Turquie a déposé un jihadiste américain aux portes de la Grèce. Refoulé par cette dernière, l'individu s'est retrouvé bloqué dans la zone tampon entre les deux frontières.

Sur ce sujet
Une faute?

La Turquie a commencé lundi à expulser des membres étrangers du groupe Etat islamique (EI) qu'elle détient, renvoyant trois jihadistes et annonçant la prochaine expulsion de 22 autres, notamment des Français et des Allemands. Lundi, une scène surréaliste a été diffusée par la chaîne de télévision turque Haber 7, écrit le «Guardian».

Les images montrent un jihadiste américain coincé entre les postes frontières de la Turquie et de la Grèce, cette dernière lui refusant l'entrée dans le pays. Le ministère turc de l'Intérieur avait déposé l'homme non identifié à la frontière grecque, mais l'individu s'est retrouvé bloqué dans un no man's land. La vidéo montre l'homme, vêtu d'habits sombres, faire des signes à la caméra.

«Un djihadiste américain de l'EI expulsé par la Turquie vers la Grèce est littéralement coincé dans la zone tampon séparant les deux pays après le refus de la Grèce d’autoriser son entrée sur le territoire», avait tweeté lundi Jean-Charles Brisard, président du Centre d'Analyse du Terrorisme à Paris.



Une porte-parole de l'Etat américain a refusé de s'exprimer sur le sujet: «Nous sommes au courant d'une information concernant la détention d'un citoyen américain par les autorités turques. Pour des raisons de confidentialité, nous ne ferons pas d'autres commentaires», a-t-elle fait savoir.

Selon le «Telegraph», la Turquie a finalement replacé l'homme, «un citoyen américain d'origine arabe», en garde à vue. «Les autorités grecques ne l'ont pas autorisé à entrer et ont tamponné son passeport. Il est ensuite retourné en Turquie», a déclaré la police grecque dans un communiqué. Recep Tayyip Erdogan est attendu mercredi à Washington, où il doit évoquer le sort réservé aux jihadistes étrangers.

Ces renvois surviennent dans la foulée d'une offensive menée par la Turquie dans le nord-est de la Syrie, vivement critiquée par l'Occident car elle a visé les forces kurdes alliées de la Coalition internationale dans la lutte contre les jihadistes. Deux autres individus, l'un Allemand et le second de nationalité danoise, ont été expulsés un peu plus tard dans la journée. Le Danois est arrivé lundi après-midi à l'aéroport de Copenhague et a été arrêté dans la foulée par les autorités locales.

(joc/afp)