France

14 janvier 2014 11:14; Act: 14.01.2014 12:07 Print

Un journaliste appelle au meurtre de Dieudonné

Alors que la France se déchire depuis des semaines à propos de l'humoriste, un célèbre chroniqueur a donné, en direct à la radio, la solution pour le faire taire définitivement.

Une faute?

«Il n'y a pas de pitié pour ça! Ce type, sa mort par un peloton d'exécution de soldats me réjouirait profondément», a déclaré Philippe Tesson le 9 janvier dernier dans l'émission «Accords/désaccords» sur Radio Classique, animée par Guillaume Durand, rapportent ces jours plusieurs médias français.

Alors que l'un des invités a tenté de modérer les propos du chroniqueur en déclarant que les Français étaient contre la peine de mort, ce dernier a continué sur sa lancée. «Pour moi, c’est une bête immonde donc on le supprime, c’est tout... Je signe et je persiste.»

«Je regrette qu'il n'y ait plus la peine de mort»

Le lendemain, sur LCI, Philippe Tesson ne s'était toujours pas calmé: «Dieudonné est un animal abominable, il faut le faire taire, je regrette qu'il n'y ait plus la peine de mort. Ce mec, il faut le museler, le faire taire à jamais.» Cet appel au meurtre n'a pas été dénoncé par la chaîne de télé, ni par Guillaume Durand. Reste à savoir si le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) va réagir.

Sur Twitter, beaucoup d'utilisateurs n'ont pas attendu les autorités pour dénoncer ces propos. Une plainte aurait même été déposée au Tribunal de grande instance de Paris pour «appel au meurtre», selon RMC.

Propos peu critiqués

Pour le moment, seul le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) a condamné l'appel au meurtre de Philippe Tesson sur journalducameroun.com. Le CRAN accuse également le paparazzo Jean-Claude Elfassi de racisme et d'homophobie: «On ne saurait combattre l'antisémitisme en diffusant des propos négrophobes et homophobes.» Le chasseur de stars avait notamment écrit sur son blog: «A force de faire le singe avec la loi, Dieudonné va finir en cage. Dieudonné devrait changer de régime, la quenelle lui donne mal au cul.» Ou encore de pouvoir bientôt «renvoyer Dieudonné dans sa jungle, avec ses congénères».

(adi)