Ukraine

26 juillet 2014 10:46; Act: 26.07.2014 10:51 Print

Un journaliste britannique expulsé

Un journaliste britannique, travaillant pour la chaîne de télévision russe Russia Today (RT) en Ukraine, a déclaré samedi qu'il avait été expulsé de ce pays, et interdit d'entrée sur son territoire pendant trois ans.

Sur ce sujet
Une faute?

Graham Phillips, qui travaillait en freelance pour cette chaîne en langue anglaise, proche du Kremlin, a écrit sur son compte Twitter qu'il était en Pologne et avait été expulsé après avoir été détenu la semaine précédente par les forces ukrainiennes.

«Je suis libre, ok, expulsé d'Ukraine, interdit d'entrée pour trois ans parce que 'je travaille pour RT'» a écrit Phillips, qui précise: «Je suis à présent en Pologne».

L'arrestation de Phillips ainsi que la capture d'un journaliste pigiste ukrainien qui travaillait avec une équipe de CNN couvrant le conflit dans la région, a amené l'organisation Reporters sans frontières à déclarer la semaine passée, que «les arrestations arbitraires et les disparitions de journalistes étaient à nouveau en hausse dans l'est de l'Ukraine».

La chaîne CNN a annoncé jeudi que son fixeur et photographe Anton Skiba avait été capturé mardi par des rebelles séparatistes l'accusant d'être «un agent ukrainien».

Graham Phillips a confirmé des rapports précédents indiquant qu'il avait été enlevé alors qu'il couvrait les combats autour de l'aéroport de Donetsk avec un journaliste d'Anna-news, une agence de presse dont le siège est en Abkhazie, région sécessionniste de Géorgie.

Pistolet sur la tempe

Il a déclaré à RT qu'un soldat lui avait pointé un pistolet sur la tête, l'avertissant que «si mes coordonnées n'étaient pas vérifiées, il ne me garantirait pas la vie sauve».

Il a précisé qu'il portait un gilet portant l'insigne «presse», et que les forces ukrainiennes ne lui avaient fait aucun mal, contrairement à Vadim Axionov, son collègue d'Anna-news, qui avait été «roué de coups»

Phillips a encore confié qu'il avait été interrogé par les forces ukrainiennes sur les activités des rebelles. Il a posté une vidéo sur YouTube où il n'y a que le son, de son interrogatoire par un soldat ukrainien qui dit à un moment: «Nous ne savons pas qui tu es». Il a indiqué avoir posté une autre vidéo dans laquelle on le voit conduit à travers l'aéroport sombre et désert de Donetsk.

Phillips a ajouté que les forces ukrainiennes avaient effacé tous les dossiers de son ordinateur, et piraté ses comptes sur les réseaux sociaux, Facebook et VKontakte.

(afp)