Afghanistan

29 juillet 2014 06:28; Act: 29.07.2014 09:38 Print

Un kamikaze assassine un cousin du président

Hashmat Karzaï a été assassiné mardi à son domicile près de Kandahar par un kamikaze qui avait dissimulé des explosifs dans son turban, ont indiqué à l'AFP des responsables.

storybild

Le président afghan a perdu son cousin mardi. (Photo: Keystone)

Une faute?

«Un kamikaze déguisé comme un invité est venu au domicile d'Hashmat Karzaï pour le saluer à l'occasion de l'Aïd-el-Fitr. Après l'avoir embrassé, il a fait sauter sa charge explosive et a tué Hashmat Karzaï», a dit à l'AFP le porte-parole du gouverneur de la province, Dawa Khan Minapal.

Selon le porte-parole de la police de Kandahar, Zia Durani, l'assaillant était un jeune garçon qui avait dissimulé les explosifs dans son turban, un couvre-chef très courant dans le sud de l'Afghanistan. L'attentat n'a fait aucune autre victime.

Hashmat Karzaï, âgé d'une quarantaine d'années, était aussi un membre de la campagne de Qayoum Karzaï, le frère du président, lorsque celui était candidat à l'élection présidentielle avant de se retirer en début d'année pour soutenir Ashraf Ghani.

Un pied dans la politique

Cet homme, figure influente à Kandahar, dirigeait depuis la campagne de M. Ghani dans cet province du sud où le vote de la majorité pachtoune a fortement bénéficié au candidat issu lui même de cette ethnie.

Début juillet, la commission électorale avait publié des résultats préliminaires du deuxième tour de la présidentielle du 14 juin, plaçant M. Ghani en tête avec 1 million de voix d'avance, ce que son rival Abdullah Abdullah a rejeté catégoriquement, créant des tensions inquiétantes entre les partisans des deux camps.

Il y a deux semaines, les deux candidats s'étaient finalement mis d'accord, sous le patronage du secrétaire d'Etat américain John Kerry venu jouer les intermédiaires, sur un audit inédit des 8,1 millions de votes afin de tenter d'éliminer du scrutin les votes frauduleux.

L'audit interrompu en raison de désaccords samedi, devrait reprendre en fin de semaine après l'Aïd-el-Fitr.

L'attaque contre un membre de la famille Karzaï intervient dans un contexte de violences renouvelées en Afghanistan entre les talibans et les forces de sécurité afghanes.

(afp)