Afghanistan

18 septembre 2019 13:31; Act: 19.09.2019 03:23 Print

Attentat-suicide meurtrier à Jalalabad

L'Afghanistan a connu mercredi à Jalalabad sa troisième attaque de kamikazes en deux jours. Au moins quatre civils sont morts.

storybild

Les forces de sécurité afghanes près du lieu de l'attaque à Jalalabad. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Au moins quatre civils ont été tués et douze autres blessés mercredi dans une attaque kamikaze contre un bâtiment officiel de Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan. Elle a été suivie par des combats avec des attaquants qui s'y étaient retranchés et dont trois ont été tués.

«L'attaque à Jalalabad s'est terminée ce soir. Trois attaquants ont été tués par les forces de sécurité. Quatre civils sont également morts et douze ont été blessés», a annoncé le porte-parole du ministère de l'intérieur.

Le dénouement est intervenu plusieurs heures après l'attaque, survenue en début d'après-midi. «Un kamikaze s'est fait exploser à l'intérieur d'un centre d'enregistrement de documents d'identité électroniques», selon un porte-parole du gouverneur de la province de Nangarhar.

«Il est entré [...] et a commencé à tirer»

En même temps, un nombre indéterminé d'attaquants s'étaient retranchés dans le bâtiment. Les forces de sécurité ont avancé prudemment pour les déloger sans faire de victimes civiles, toujours selon cette source. Elle a précisé qu'elles avaient sauvé au moins 45 personnes.

«Environ 200 personnes», dont 80 employés, se trouvaient à l'intérieur du bâtiment au moment de l'attaque en début d'après-midi, a indiqué un salarié du centre, qui a été blessé à la jambe.

«Après l'explosion, nous avons entendu des tirs d'armes de petit calibre dans nos couloirs et un homme est entré dans notre bureau avec une arme et a commencé à tirer», a-t-il témoigné. «J'ai sauté par la fenêtre. Certains de nos amis ont été tués ou blessés», a-t-il raconté à l'AFP.

L'attaque, à dix jours de l'élection présidentielle du 28 septembre, n'a pas été revendiquée dans l'immédiat. Jalalabad est la capitale de la province de Nangahrar, frontalière du Pakistan. Les talibans ainsi que le groupe Etat islamique y sont très actifs.

(nxp/afp)