Inde

17 janvier 2020 15:41; Act: 17.01.2020 16:22 Print

Un mort et des blessés dans un festival de rodéo

Un taureau a piétiné à mort un homme de 40 ans vendredi lors d'un festival de rodéo traditionnel au sud de l'Inde. Plus de 60 personnes ont été blessées pendant la journée d'ouverture.

storybild

Les participants au festival annuel de jallikattu en Inde essaient de dompter des taureaux à mains nues. (Photo: AFP)

Une faute?

Une personne est morte et des dizaines ont été blessées lors de la première journée d'un festival de rodéo traditionnel du sud de l'Inde, dénoncé par les défenseurs des animaux, ont rapporté vendredi un responsable et des médias locaux.

Le festival annuel de jallikattu est extrêmement populaire dans les zones rurales de l'État du Tamil Nadu (Sud-Est). Il voit des jeunes hommes essayer de dompter à mains nues un taureau lâché en plein air.

Un villageois de 40 ans, P. Murugan, est mort piétiné jeudi par un taureau excité par le vacarme de tambours, a indiqué un responsable de la police locale.

«Murugan a essayé d'attraper le taureau mais celui-ci l'a piétiné à mort», a déclaré cette source.

66 hommes blessés

Environ 66 hommes ont été blessés dans la ville de Madurai lors de l'ouverture du festival, 37 d'entre eux en tentant d'attraper les taureaux, le reste étant des propriétaires de bovins ou des spectateurs, selon les médias locaux.

Une spectatrice a également été blessée lorsqu'un taureau l'a heurtée près de la sortie, a rapporté l'agence Press Trust of India.

Bovins maltraités

Les organisations de défense des animaux soutiennent que les bovins sont maltraités, accusant leurs éleveurs de leur faire boire de l'alcool pour les rendre moins stables ou de leur lancer de la poudre de piment au visage juste avant de les lâcher pour les énerver.

«Leurs queues sont mordues, tordues et tirées pour les obliger à courir vers la foule menaçante», décrivait dans un rapport l'année dernière l'organisation People for the Ethical Treatment of Animals (PETA).

«Les taureaux paniqués fuyaient dans les rues des villages, blessant des curieux et en tuant même certains», ajoutait le texte.

La Cour suprême avait interdit cette activité en 2014 mais, suite à des manifestations, le gouvernement du Tamil Nadu a permis en 2017 la tenue du festival, estimant qu'il fait partie de l'identité de la région.

(nxp/afp)