France

14 juillet 2019 19:29; Act: 14.07.2019 19:51 Print

Un nouveau témoin dans le financement libyen

Le «Journal du Dimanche» a recueilli un nouveau témoignage qui appuie la thèse d'un financement occulte de la campagne de Nicolas Sarkozy, «fantaisiste» selon l'avocat de l'ex-chef de l'Etat.

storybild

Nicolas Sarkozy avec l'ex-dirigeant libyen sur le perron de l'Elysée en 2007. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un ex-collaborateur de Ziad Takieddine affirme que l'homme d'affaires franco-libanais détenait, avant sa publication, la note controversée faisant état d'un financement libyen pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, au coeur d'une enquête judiciaire, rapporte le «Journal du Dimanche» (JDD).

Selon cet homme, El-Mahfoud Ladib, Ziad Takieddine gardait cette note dans une pochette, avec «cinq pages de papier à en-tête libyen, avec l'aigle et les bordures vertes», selon ses propos cités par le JDD.

«L'un de ces documents était celui qui a été publié après par Mediapart, où il était question de 50 millions pour Sarkozy» et «la cinquième feuille était vierge», ajoute-t-il. L'hebdomadaire, qui avance la thèse d'une «machination» contre l'ex-chef de l'Etat, dit avoir eu confirmation de ces propos par une autre source, dont l'identité n'est pas divulguée.

Ce document, daté du 10 décembre 2006 et adressé à l'ancien argentier du régime libyen, Bechir Saleh, avait été publié le 28 avril 2012 par Mediapart, entre les deux tours de la présidentielle.

Il affirmait que Tripoli avait accepté de financer pour «50 millions d'euros» la campagne de Nicolas Sarkozy.

«Un complot»

Sollicité par l'AFP, l'avocat de Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog, a annoncé qu'il écrirait «dès demain» au procureur de la République de Paris et au parquet national financier afin que El-Mahfoud Ladib soit auditionné.

Il a également dénoncé «un complot» ourdi en vue notamment de faire perdre la présidentielle de 2012 à son client.

«Ces informations sont totalement fausses. On peut se demander pourquoi elles n'ont pas été soumises à la justice plutôt que dans la presse. Il s'agit d'un témoignage fantaisiste parmi beaucoup d'autres dans ce dossier», a réagi auprès de l'AFP Me Elise Arfi, l'avocat de Ziad Takieddine.

Nicolas Sarkozy a toujours clamé que la note était un faux et porté plainte mais Mediapart a bénéficié d'un non-lieu à deux reprises, d'abord par les juges d'instruction puis par la cour d'appel.

Dans l'enquête sur les accusations de financement par l'ex-régime libyen de Kadhafi de sa campagne de 2007, l'ancien ministre et secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et Nicolas Sarkozy ont été mis en examen, notamment pour «corruption passive» et «recel de détournements de fonds publics». Cette procédure fait l'objet de recours devant la cour d'appel.

Ziad Takieddine, qui a affirmé avoir convoyé entre novembre 2006 et début 2007 «un total de cinq millions d'euros» dans des valises lors de trois voyages entre Tripoli et Paris, a été mis en examen pour «complicité de corruption et de trafic d'influence actifs et passifs».

(nxp/afp)