Grande-Bretagne - Inde

30 décembre 2011 20:06; Act: 30.12.2011 22:00 Print

Un père apprend la mort de son fils via Facebook

Un Indien a appris sur le réseau social la mort de son fils, tué lundi par balles dans la banlieue de Manchester, où il étudiait l'électronique.

storybild

Le meurtre du jeune Anuj Bidve pourrait être à caractère raciste. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le père d'un étudiant indien tué lundi dans le nord-ouest de l'Angleterre a appris la mort de son fils sur le réseau social Facebook, a reconnu vendredi la police britannique, qui a présenté ses excuses pour ne pas avoir informé plus tôt la famille du jeune homme.

Anuj Bidve, un étudiant en électronique à l'université britannique de Lancaster (nord-ouest), a été tué par balle lundi dans la rue à Salford, près de Manchester.

Un responsable de la police, Dawn Copley, a reconnu vendredi que le père de la victime avait appris la nouvelle sur Facebook. «Ce n'est pas la façon dont une personne devrait apprendre une nouvelle aussi terrible, et nous comprenons que la famille soit en colère», a-t-elle déclaré.

«Les réseaux sociaux sont instantanés et nous n'avons pas de contrôle sur le moment où les gens publient des informations sur ces sites, ni sur ce qu'ils publient, mais personne ne devrait apprendre une nouvelle aussi tragique de cette manière», a-t-elle ajouté.

Le père n'a pas été informé officiellement

Plus tôt vendredi, le père de la victime, Subhash Bidve, avait affirmé sur la BBC que «ni le gouvernement britannique, ni le consulat, ni le gouvernement indien» n'avait contacté sa famille pour l'informer du drame.

«Je suis très surpris parce qu'ils (la police) ont confisqué son téléphone. Ils auraient dû trouver le numéro de son père ou de sa mère (...). Ils auraient pu nous appeler pour nous dire ce qui lui était arrivé», a-t-il estimé.

Le meurtre du jeune homme pourrait être à caractère raciste, selon la police qui interrogeait toujours vendredi deux jeunes hommes de 19 et 20 ans dans cette enquête, alors que deux adolescents de 16 et 17 ans ont été libérés sous caution.

(afp)