Naufrage en Corée du Sud

08 juillet 2014 12:45; Act: 08.07.2014 12:52 Print

Un procès entre sanglots et menaces de mort

L'émotion était à son comble, mardi, dans la salle d'un tribunal de Corée du Sud, où a repris le procès de l'équipage du ferry dont le naufrage en avril a tué 300 personnes.

Voir le diaporama en grand »
16.04.2016 Plus de 300 personnes, essentiellement des lycéens, avaient péri lors du naufrage. Les familles se sont rassemblées deux ans après le drame pour une cérémonie d'hommage alors que le ferry sarrête à être renfloué. 15.04.2016 Les familles se sont rassemblées deux ans après le drame pour une cérémonie d'hommage aux 300 personnes mortes dans le naufrage du ferry. 28.04.2015 La justice sud-coréenne a alourdi en appel mardi la condamnation du capitaine du ferry Sewol, dont le naufrage voici un an avait fait 304 morts. Il a porté la sentence à la prison à perpétuité. 16.04 Les proches des victimes se sont réunies pour un hommage, autour de la présidente, un an après la tragédie qui a fait plus de 300 morts. 11.04 Des centaines de manifestants se sont rassemblés samedi à Séoul, en Corée du Sud, pour protester contre les entraves liées à l'enquête sur le naufrage du ferry. 07.04 Le parquet a réclamé mardi en appel la peine de mort à l'encontre du capitaine du ferry sud-coréen Sewol, dont le naufrage en avril 2014 a fait plus de 300 morts, parmi lesquels de très nombreux lycéens. En première instance en novembre, Lee Joon-Seok avait été condamné à 36 ans de réclusion pour plusieurs manquements graves à ses devoirs d'officier. 02.04 Une cinquantaine de pères et de mères de passagers décédés dans le naufrage d'un ferry sud-coréen en avril 2014 se sont rasé la tête en public jeudi à Séoul pour réclamer une enquête indépendante. A l'approche du premier anniversaire de la tragédie, les parents endeuillés ont également demandé la remontée à la surface du ferry de 6.825 tonnes qui a coulé au large de l'île méridionale de Jingo le 16 avril 2014 avec 476 passagers et membres d'équipage. 01.04 Le gouvernement sud-coréen a annoncé mercredi qu'il verserait une indemnisation d'environ 420 millions de wons (un peu plus de 370'000 francs) à la famille de chacun des 250 lycéens morts ou portés disparus dans le naufrage du ferry Sewol le 16 avril dernier. 11.02.2014 Un garde-côte sud-coréen a été condamné mercredi à quatre ans de prison pour homicides involontaires à la suite du naufrage du ferry, dans lequel avaient péri 304 personnes. 12.11 Quelques heures après la condamnation du capitaine du ferry à 36 ans de réclusion, les autorités nord-coréennes ont rendu public un rapport dans lequel elles «inculpent» le Sud pour les «crimes odieux» commis pendant le désastre survenu en avril dernier. 11.11 Le capitaine du bateau sud-coréen qui avait fait naufrage en avril, accusé d'avoir abandonné plus de 300 passagers à leur sort funeste, a été condamné mardi à 36 ans de réclusion. 27.10 La peine de mort a été requise lundi contre le commandant du ferry sud-coréen Sewol, qui a coulé en avril dernier. Ce naufrage avait fait plus de 300 morts, en majorité des lycéens. 22.07 La police sud-coréenne a annoncé mardi la découverte du corps de l'homme d'affaires propriétaire, via un entrelacs de filiales, du ferry dont le naufrage en avril a fait plus de 300 morts. Elle ne sait pas s'il s'agit d'un meurtre ou d'un suicide. 08.07 Les membres des familles des victimes s'en sont pris violemment aux accusés, notamment le capitaine, accusé d'homicide par négligence. Il encourt, comme trois autres personnes, la peine de mort. 10.06 Le procès de l'équipage du ferry sud-coréen qui a fait naufrage en avril, emportant par le fond plus de 300 passagers, s'ouvre ce mardi en présence des familles et sous la pression de l'opinion en colère qui exige vérité et sévérité. 19.05 La présidente de Corée du Sud, Park Geun-hye, a présenté ses excuses lundi pour le naufrage d'un ferry qui a coûté la vie à plus de 300 passagers à la mi-avril. Elle a annoncé par la même occasion la dissolution du corps des garde-côtes. 08.05 Kim Han-Sik «est sous le coup de plusieurs accusations, dont homicide involontaire et violation du droit maritime», estime le procureur en charge du dossier. 06.05 Un plongeur est mort mardi en explorant l'épave du ferry sud-coréen. L'homme de 53 ans a commencé à respirer avec difficulté vers 25 mètres de fond, a expliqué à la presse un porte-parole des garde-côtes. Il a perdu conscience et a été évacué mais déclaré mort à l'hôpital. 03.05 Alors que les hommages en souvenir des victimes du naufrage continuent d'affluer, huit corps ont été découverts samedi dans l'épave du ferry. Les recherches ont dû être interrompues en raison des courants forts et hautes vagues. 02.05 Un enregistrement, pris par un lycéen de 17 ans dont le corps a été retrouvé dans l'épave avec son téléphone portable, montre un groupe de jeunes en train de s'amuser avant le chavirage du ferry. 30.04 Le capitaine en titre du ferry sud-coréen qui a sombré il y a deux semaines avec 476 personnes à bord avait averti sa compagnie de l'instabilité du navire mais ses mises en garde ont été ignorées. 29.04 La présidente sud-coréenne Park Geun-hye a présenté mardi ses excuses personnelles après le naufrage du ferry qui a fait plus de 300 morts et disparus le 16 avril. 28.04 L'utilisation des cartes de crédit a baissé de 4,4% sur un mois dans la semaine ayant suivi le naufrage du Sewol, qui a sombré à 20 km des côtes sud du pays avec 476 personnes à son bord. Ici: un centre commercial à Seoul. 27.04 Le premier ministre sud-coréen, Chung Hong-won, a démissionné dimanche en raison des critiques visant la gestion du naufrage du ferry, qui a fait au moins 187 morts le 16 avril. 26.04 L'ensemble de l'équipage du ferry a été placé en détention. 26.06 Une cérémonie bouddhiste en mémoire des naufragés s'est tenue durant le festival Lotus Lantern. 25.04 Les plongeurs tentant de retrouver les 198 disparus après le naufrage du ferry Sewol auraient découvert une cabine dans laquelle se trouvaient les corps de 48 jeunes filles. Le nombre de personnes déclarées mortes s'élevait vendredi à 181, selon le bilan officiel. Mais 121 restent portées disparues, coincées dans l'épave du Sewol, qui a sombré le 16 avril au matin avec 476 personnes à bord, dont 352 lycéens en voyage scolaire. Il ne subsiste aucun espoir de retrouver des rescapés. Les secouristes tentent désormais de parvenir à une cabine-dortoir où 50 autres jeunes filles pourraient se trouver, selon le capitaine Kim Jin-hwang, un officier de la marine sud-coréenne commandant les opérations de sauvetage. 24.04 Les plongeurs ont retrouvé le corps de Choi, le lycéen qui avait donné l'alerte lors du naufrage du ferry. 22.04 Le dernier bilan officiel du naufrage du ferry Sewol, en Corée du Sud, s'élevait mardi à 104 morts, six jours après le drame. 198 personnes sont toutefois toujours portées disparues, en majorité des lycéens en voyage scolaire. 21.04 «Equivalent à un meurtre»: la présidente de Corée du Sud, Park Geun-hye, a vivement critiqué lundi le comportement du capitaine et de l'équipage du ferry qui a sombré la semaine dernière avec des centaines de personnes à bord. 20.04 Les plongeurs ont récupéré une vingtaine de corps dimanche matin. 19.04 Après le naufrage du ferry sud-coréen mercredi, le bilan indiquait samedi soir 36 tués et 266 personnes portées disparues. Alors que des plongeurs ont découvert des corps dans l'épave, le capitaine a admis avoir retardé l'évacuation du navire pour des raisons de sécurité. Le capitaine du navire, Lee Joon-seok, 52 ans, a été arrêté vendredi avec deux autres membres de l'équipage du Sewol. Il est violemment critiqué en Corée du Sud pour avoir ordonné aux 476 passagers à bord de rester sur leur siège «durant plus de 40 minutes», selon des témoignages de rescapés. 17.04.2014 C'est camouflé sous une capuche grise que le capitaine du ferry, Lee Joon-seok, s'est présenté devant la presse. Un échange de SMS entre un passager et sa mère (à gauche), traduit en anglais. 16.04.2014 Un ferry sud-coréen a fait naufrage au sud-ouest de la péninsule coréenne. Deux personnes au moins ont perdu la vie. On est sans nouvelle de près de 300 personnes.

Une faute?

Sanglots déchirants et menaces de mort emplissaient mardi la salle d'un tribunal de Corée du Sud, où a repris le procès de l'équipage du Sewol. Des dizaines de parents étaient présents mardi dans la salle du tribunal de Gwangju, dans le sud du pays. Au total, 15 personnes dont le capitaine et plusieurs membres de l'équipage ont été jugées. Parmi elles, quatre, dont le capitaine Lee Joon-Seok, sont accusées d'homicide par négligence et encourent la peine de mort. Les autres doivent répondre d'accusations moins graves.

Colère et insultes

Avant la diffusion des images, l'accusation avait utilisé une maquette du Sewol pour expliquer où se trouvaient les passagers avant que le navire ne sombre.

«Si les opérations d'évacuation avaient eu lieu à temps, ces lycéens auraient pu s'échapper par ces sorties», a déclaré le procureur en pointant du doigt différents endroits de la maquette. «Mais quasiment tous ont attendu dans leur cabine et ils sont morts. Nous prouverons que cette issue fatale est due au comportement des accusés», a-t-il souligné.

Des cris de colère et des insultes ont succédé aux sanglots lorsqu'ont été diffusées les images du capitaine et de l'équipage sautant du ferry dans les bateaux venus à la rescousse.

«Nous devrions tous les noyer»

Une mère s'est précipitée hors de la salle d'audience et ses hurlements de douleur résonnent dans le couloir adjacent. Un autre homme se lève et crie: «Fils de p..., je vous tuerai!» «Nous devrions tous les noyer!», a hurlé un père en montrant les accusés. «Pourquoi réclamer des preuves supplémentaires?».

Lorsque le juge tente de ramener le calme, d'autres proches des victimes soutiennent bruyamment leurs compagnons d'infortune. Une femme doit être maîtrisée alors qu'elle tente de lancer ses chaussures contre le banc des accusés.

Pris au piège

Le 16 avril, le naufrage du Sewol, à quelques kilomètres de la côte méridionale de la Corée du Sud avait traumatisé le pays. Les vidéos, filmées depuis les canots et les hélicoptères des garde-côtes, montrent le ferry basculer puis sombrer dans les eaux.

L'équipage est accusé d'avoir abandonné le navire, alors que des centaines de personnes étaient encore piégées à bord. On leur reproche également d'avoir demandé aux passagers de rester trop longtemps dans leurs cabines ou sur leurs sièges.

Lorsque le bateau a commencé à pencher, il était alors trop tard. Les passagers ne parvenaient plus à remonter des couloirs à l'oblique, rendus glissant par l'eau qui s'engouffrait.

Corruption et appât du gain

Au-delà de l'équipage, cloué au pilori par la population, la tragédie du Sewol a mis en lumière le laxisme des règlements de sécurité et les liens trop amicaux entre les entreprises et les autorités. La négligence des autorités, la corruption et l'appât du gain sont les causes de cet accident, souligne un rapport commandité par l'Etat et publié ce mardi.

L'équipage a agi de manière «irresponsable» et les propriétaires du ferry «ont placé les profits financiers avant la sécurité des passagers», ajoute le rapport. Il recommande que onze hauts fonctionnaires soient jugés et 40 autres passent en conseil de discipline.

La police recherche depuis deux mois un homme d'affaires milliardaire, qui serait le propriétaire du ferry. Sa fille a été arrêtée à Paris. Le directeur de la compagnie et quatre autres responsables sont eux aussi poursuivis par la justice.

(ats)