Nouvelle-Zélande

23 février 2011 07:47; Act: 23.02.2011 08:10 Print

Un séisme qui a frappé «dans le mille»

Le séisme survenu mardi à Christchurch a causé des dégâts considérables et fait près de 400 morts et disparus car il a frappé «dans le mille».

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Ce tremblement de terre a vraiment mis dans le mille», a déclaré le professeur John Wilson, de l'université Swinburne de Technologie à Melbourne.

«Sa magnitude de 6,3 était relativement élevée et il s'est produit tellement près de Christchurch que nous n'étions pas surpris de l'étendue des dégâts. A une si faible distance, la violence des secousses est très forte», a-t-il ajouté.

Le séisme s'est produit à 12H51 heure locale (lundi 23H51 GMT) à cinq kilomètres de la ville et à seulement quatre kilomètres de profondeur, selon l'Institut de géophysique américain (USGS).

Six mois plus tôt, un tremblement de terre de magnitude supérieure (7) avait déjà frappé Christchurch, sans faire de victime, mais son épicentre était plus éloigné et il s'était produit vers 04H0= du matin, lorsque les gens sont au lit et non au bureau dans de hauts bâtiments.

La faible profondeur de l'épicentre, mardi, signifie que le choc n'a pas pu être absorbé par l'épaisseur de la couche terrestre, soulignent les sismologues.

Immeubles modernes effondrés

Certains des bâtiments les plus endommagés sont historiques: la cathédrale, construite de la fin du 19è siècle jusqu'au début de 20è, a perdu son clocher, tandis que le Press Building, un des plus vieux bâtiments au coeur de la ville, a lui aussi été atteint.

Mais des immeubles modernes, comme celui de la télévision régionale, se sont effondrés, bien qu'ayant été construits selon des normes anti-sismiques mises en place depuis les années 70.

«En général, les immeubles modernes ont bien résisté. Mais certains se soient effondrés et cela nous surprend beaucoup», a déclaré John Wilson.

Selon David Rothery, vulcanologue, le sol mou sur lequel est construit la ville a aggravé les conséquences du séisme. «Un sol mou amplifie les secousses à la surface pendant un tremblement de terre», a-t-il souligné.

8 milliards de dégâts

Le coût du séisme de mardi dans la deuxième ville de Nouvelle-Zélande, Christchurch, pourrait aller jusqu'à 11,5 milliards de dollars néo-zélandais (8,1 mds de frans), selon l'estimation de AIR Worldwide, une société qui évalue les dommages financiers pour les assureurs après une catastrophe.

«AIR Worldwide estime que les pertes pour le secteur de l'assurance (dues à cette catastrophe) seront comprises entre 5 et 11,5 milliards de dollars néo-zélandais (entre 2,73 et 6,3 mds d'euros)», a indiqué la société dans un communiqué.

Le précédent tremblement de terre à Christchurch, il y a six mois, n'avait pas fait de victime mais causé des dégâts considérables. Le Trésor néo-zélandais avait estimé à 4 mds de dollars néo-zélandais (2,27 milliards d'euros) le coût de la remise en état des infrastructures (routes, égouts, conduites d'eau...) et des 100.000 bâtiments endommagés.

Le séisme de mardi a fait 75 morts et quelque 300 disparus selon le dernier bilan des autorités, fourni mercredi matin.

(afp)