Goodbye Putin!

28 janvier 2011 15:12; Act: 28.01.2011 15:20 Print

Un site propose de virer Poutine du Kremlin

Un site internet parodie un site lancé par Vladimir Poutine, Premier ministre russe.

storybild

Le Premier ministre Vladimir Poutine se représentera-t-il à la présidence? (Photo: Keystone/AP)

Une faute?

Un site internet, goodbyeputin.ru, a récolté quelque 15'600 votes d'internautes pour que «le corps de (Vladimir) Poutine soit sorti du Kremlin», une parodie du site du parti au pouvoir Russie unie qui demandait aux Russes s'il fallait sortir Lénine de son mausolée. Créé par un utilisateur anonyme - les coordonnées indiquées ne répondent pas -, ce site a recueilli 83% de oui à la question posée.

Bien que n'occupant officiellement plus le Kremlin - siège de la présidence russe - depuis qu'il est devenu Premier ministre en 2008, l'ancien président (2000-2008) est toujours considéré par nombre d'observateurs comme le véritable homme fort du pays, opérant dans l'ombre du chef de l'Etat Dmitri Medvedev.

Lénine hors du Kremlin

Le site goodbyeputin.ru est décoré du logo du parti «Russie unie», un ours surmonté du drapeau russe, mais son nom a été détourné en «Russie bai*ée» (ce mot en russe est tronqué en raison d'un jeu de mots avec «unie»).

Cette formation politique, dirigée par Vladimir Poutine, avait mis en ligne en fin de semaine dernière le site goodbyelenin.ru demandant aux internautes s'ils voulaient que le corps de Vladimir Lénine, le père de la révolution bolchevique, soit retiré du mausolée de la place Rouge, au pied du Kremlin, et enterré.

Le repos de la dépouille

Quelque 200'000 personnes, soit près de 70% des votants, se sont prononcés pour que le révolutionnaire mort en 1924 trouve enfin le repos. Le Parti communiste russe, deuxième parti du pays, avait dénoncé cette proposition.

Les autorités russes ont cependant exclu dans l'immédiat de sortir le corps de Lénine du mausolée.

Vladimir Poutine a laissé en 2008 la présidence à son dauphin Dmitri Medvedev, faute de pouvoir se présenter pour un troisième mandat consécutif.

Mais il a laissé planer le doute sur la possibilité d'un retour à la tête de l'Etat à la présidentielle de 2012, ce que la Constitution autoriserait.

(afp)