«Gilets jaunes» en France

04 décembre 2018 21:38; Act: 04.12.2018 21:38 Print

Un sniper était-il posté sur les Champs-Elysées?

Vue plus d'un million de fois, une vidéo montrant un tireur d'élite posté sur une terrasse, samedi lors des manifestations à Paris, a fait réagir les internautes. Or, cette situation n'a rien d'exceptionnel.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

La vidéo, vue plus d'un million de fois, a fait le tour des réseaux sociaux et provoqué un vif débat parmi les internautes. Elle montre trois personnes sur un balcon donnant sur l'Arc de Triomphe. Un homme pointe un fusil à lunette en direction de la place de l'Etoile, son collègue est muni d'un appareil photo et le troisième de jumelles. «Les snipers pour gérer les «Gilets jaunes». En 1789, le peuple avait des fourches, des faux, des faucilles face aux soldats armés de fusils et baïonnettes. Et il y a eu des morts des deux côtés. Aujourd'hui, le pouvoir se tient prêt», a écrit la personne qui a diffusé les images.

Contrairement à de nombreux cas repérés ces derniers temps sur le web, il ne s'agit pas d'une infox. Une vidéo similaire, publiée notamment par la chaîne YouTube du «Monde», montre un homme armé d'un fusil à lunette, seul sur le toit d'un immeuble.

Cette séquence a bien été diffusée par plusieurs chaînes d'information samedi. Elle a choqué de nombreux internautes, dont un militant de la France Insoumise, qui attribuait, dans un tweet tiré par les cheveux, la décision de faire appel à un sniper à Emmanuel Macron.



La présence d'un tireur d'élite ce jour-là n'a, en fait, rien d'extraordinaire. L'agence Reuters, auteure de cette vidéo, explique à CheckNews que ce n'est pas la première fois que ses journalistes repèrent un sniper lors de manifestations publiques. Le dernier concert des Rolling Stones à Paris est cité en exemple. «Sud Ouest» cite pour sa part le Festival de Cannes, la Marche des fiertés à Paris, ou la féria de Béziers. Philippe Capon, du syndicat Unsa-Police, trouve tout à fait normal qu'un tireur d'élite ait été convoqué samedi. «Ça me semble complètement justifié, puisqu'il s'agissait d'un gros rassemblement avec des participants qui arrivaient de partout, dont des casseurs», explique-t-il à Franceinfo.

D'après une source policière interrogée par CheckNews, il est fréquent, depuis 2014, que des «binômes tireur-observateur» soient présents sur les «grosses manifestations» de type mouvement social. Cela afin «d'assurer d'abord la sécurité des manifestants contre des attaques armées et potentiellement la sécurité des forces de l'ordre contre des manifestants armés». La préfecture de police dit toutefois n'avoir pas mobilisé de sniper samedi, tout en soulignant que leur présence est fréquente lors d'un déplacement d'une personnalité. Le Ministère de l’intérieur, pour sa part, renvoie la balle à la préfecture et rappelle que l'appel à des tireurs d'élite fait partie du plan Vigipirate et de l'antiterrorisme.


(joc)