Allemagne

19 septembre 2019 12:27; Act: 20.09.2019 06:47 Print

Un suspect néonazi aurait tenté de tuer un Irakien

Un quadragénaire néonazi, déjà suspecté du meurtre d'un élu allemand pro-migrants, aurait attaqué un demandeur d'asile irakien à coups de couteau.

storybild

Le suspect de 45 ans est actuellement en détention provisoire. (Photo d'illustration) (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le suspect néonazi du meurtre d'un élu allemand pro-migrants en juin est désormais également soupçonné d'avoir tenté de tuer un demandeur d'asile irakien à coups de couteau, a annoncé jeudi la justice allemande.

Les faits remontent à janvier 2016, alors que l'Allemagne faisait face depuis l'été précédent à l'arrivée de milliers de migrants venant notamment du Moyen-Orient et que la contestation dans la population à l'égard de la politique généreuse d'ouverture des frontières d'Angela Merkel commençait à monter.

S. E., 45 ans et actuellement en détention provisoire, est désormais soupçonné d'avoir à cette occasion tenté d'assassiner un demandeur d'asile irakien, une affaire jamais résolue jusqu'ici.

Il «est soupçonné de s'être approché par derrière de la victime avant de frapper avec un couteau dans le dos», a indiqué le parquet fédéral allemand dans un communiqué. «La victime a subi de graves blessures qui ont nécessité des soins intensifs», a-t-il ajouté, soulignant que l'auteur présumé avait agi «en raison de ses convictions d'extrême droite».

Déjà inculpé pour meurtre

Le néonazi allemand est déjà inculpé pour le meurtre par arme à feu d'un responsable politique régional, Walter Lübcke, membre du parti conservateur CDU de la chancelière Angela Merkel, dont il défendait publiquement la politique migratoire.

La justice allemande soupçonne au moins une autre personne d'avoir aidé S. E. dans ce meurtre, au moins en lui fournissant l'arme du crime.

Cette affaire a créé une onde de choc dans le pays, où l'extrême droite anti-migrants enchaîne les succès électoraux. Elle a réveillé la crainte d'un terrorisme d'extrême droite à l'image de celui du groupuscule NSU, responsable de l'assassinat entre 2000 et 2007 d'une dizaine de migrants.

(nxp/afp)