Peine de mort

04 janvier 2016 12:04; Act: 04.01.2016 13:25 Print

Une 48e exécution capitale en Arabie

En trois jours, le royaume ultraconservateur a procédé à une quarantaine de mises à mort.

storybild

Les exécutions avaient déjà atteint en 2015 un niveau inégalé depuis 20 ans. (Photo: AFP/Archives)

Une faute?

Un Saoudien, condamné à mort pour un meurtre de droit commun, a été exécuté lundi en Arabie saoudite, ce qui porte à 48 le nombre d'exécutions dans le royaume depuis le 1er janvier, a annoncé l'agence officielle SPA.

Ahmed ben Obeid al-Harbi avait été reconnu coupable d'avoir tué par balle un autre Saoudien à la suite d'une dispute et il a été exécuté dans la région de Qassim, au nord de Ryad, a précisé l'agence, citant un communiqué du Ministère de l'intérieur.

En une seule journée samedi, 47 personnes, dont un important dignitaire chiite, avaient été exécutées en Arabie saoudite après avoir été condamnées pour «terrorisme».

Les exécutions avaient déjà atteint en 2015 un niveau inégalé depuis 20 ans, selon des organisations de défense des droits de l'homme.

Décapitation

L'année dernière, ce royaume ultraconservateur avait mis à mort 153 personnes, selon un décompte de l'AFP basé sur des chiffres officiels, soit une très forte hausse par rapport aux 87 personnes exécutées en 2014.

Les exécutions ont généralement lieu par décapitation et en public. Elles concernent aussi bien des Saoudiens que des étrangers.

Terrorisme, meurtre, viol, vol à main armée et trafic de drogue sont passibles de la peine capitale en Arabie saoudite, mais aussi des infractions comme l'apostasie, la «sorcellerie» ou l'adultère. Le royaume saoudien est régi par une version rigoriste de l'islam.

(nxp/afp)