Violence

31 décembre 2011 13:48; Act: 31.12.2011 15:47 Print

Une Afghane raconte six mois de tortures

Sahar Gul, 15 ans, a subi d'atroces tortures de la part de sa belle-famille. Elle a raconté son calvaire depuis son lit d'hôpital.

storybild

L'adolescente, vendue 5000 dollars à sa belle-famille par son frère, a été retrouvée lundi par la police, en état de choc. (Photo: AFP)

Une faute?

Une jeune Afghane a raconté samedi sur son lit d'hôpital les six mois de tortures vécus dans la maison de sa belle-famille. Celle-ci l'a enfermée dans les toilettes, avant de la battre, lui arracher peau et ongles et la brûler avec des cigarettes.

L'adolescente, vendue 5000 dollars à sa belle-famille par son frère, une sorte de dot faisant partie de la coutume afghane, a été retrouvée lundi par la police de la province de Baghlan, au nord-est du pays, en état de choc.

Transportée dans un hôpital de Kaboul, elle y est soignée entre autres pour une phalange coupée et de nombreuses plaies. Son visage tuméfié par de nombreux coups témoigne du calvaire qu'elle a vécu.

«Pendant plusieurs mois, j'étais enfermée dans les toilettes par ma belle-famille, surtout par ma belle-mère. J'étais privée d'eau et de nourriture. J'étais torturée et battue», a expliqué la frêle Sahar Gul d'une voix tremblante à plusieurs journalistes.

«Ils lui ont arraché la peau avec des pinces, avant d'écraser des cigarettes dans ses plaies, s'est indigné un parent de la victime. «Quand je l'ai vue, j'ai pleuré.»

D'après la police, la jeune femme a été torturée pour avoir refusé de se prostituer. Trois femmes de sa belle famille, dont sa belle-mère et sa belle-soeur, ont été emprisonnées. Son mari et son beau-père ont par contre réussi à s'enfuir.

Augmentation des violences faites aux femmes

«C'est encore une enfant, elle n'a pas l'âge légal de se marier. Elle n'a que quinze ans et vient d'une partie reculée du pays. C'est une histoire tragique et déchirante pour l'Afghanistan», a commenté le docteur Suraya Dalil, ministre afghan de la Santé, à son chevet.

L'histoire de Sahar Gul est un exemple de «l'augmentation des cas de violences contre les femmes en Afghanistan», a-t-elle poursuivi. La commission indépendante afghane des droits de l'homme a répertorié 1026 cas de violences contre des femmes durant le second trimestre 2011, contre 2700 cas pour toute l'année 2010.

Selon un rapport de l'ONG Oxfam paru en octobre, 87% des femmes afghanes affirment avoir subi des violences physiques, sexuelles ou psychologiques ou un mariage forcé.

Attention: certaines images peuvent heurter la sensibilité

(ats)