Israël

05 novembre 2019 12:57; Act: 05.11.2019 12:57 Print

Une policière tire dans le dos d'un Palestinien

Une chaîne israélienne a diffusé samedi une vidéo tournée en mai 2018 à Jérusalem. Elle montre une agente israélienne viser un Palestinien avec une balle non létale «pour s'amuser».

Sur ce sujet
Une faute?

Les images ont été vues plus d'un million de fois sur Twitter. Elles montrent un homme marcher les bras en l'air et s'éloigner dans un tunnel, pendant que des policiers lui crient des instructions contradictoires. Quelques secondes plus tard, il se fait tirer dans le dos et tombe en hurlant. «La police israélienne tire sur un Palestinien après l'avoir libéré! C'est du pur terrorisme», peut-on lire en légende de cette vidéo, publiée samedi sur un compte palestinien influent. Depuis, ces images se propagent sur les réseaux sociaux, et toutes sortes de théories pullulent.

Comme l'explique le journal israélien de gauche «Haaretz», ces images ont en fait été dévoilées samedi par la chaîne israélienne 13. L'affaire, elle, n'est pas nouvelle: l'incident s'est déroulé en mai 2018 près d'un poste de contrôle à al-Zaïm, en Cisjordanie, près de Jérusalem. Selon «Haaretz», la jeune femme qui tire dans le dos du Palestinien est une agente de la police des frontières âgée d'une vingtaine d'années. Elle a été arrêtée en octobre 2018, soupçonnée d'avoir tiré une balle non létale (ndlr: une munition avec une pointe en mousse, généralement utilisée comme arme antiémeute) sur cet homme «pour s'amuser». Selon la chaîne 13, le Palestinien s'est relevé sans trop de mal. «Haaretz», pour sa part, écrit que l'homme a été «sérieusement blessé».

Acte d'accusation dans les prochaines semaines

Le site français Checknews rapporte qu'après la fuite de cette vidéo, le porte-parole de la police israélienne a précisé que «l'agente de la police des frontières a été démise de ses fonctions». Micky Rosenfeld a par ailleurs indiqué que les autres policiers présents à ce moment-là ont également été renvoyés, ou réaffectés à un autre poste. Depuis, la jeune femme est retournée à l'armée, où elle effectue son service obligatoire. Ses ennuis ne sont toutefois pas derrière elle: le département des enquêtes internes de la police israélienne a mené une investigation contre elle, et un acte d'accusation devrait sortir dans les prochaines semaines.

Le ministère de la Justice a en sa possession des aveux et des messages que la policière a échangés avec ses collègues. Lors de ces échanges, ils se seraient vantés de leur acte. Par ailleurs, la jeune agente est accusée d'entrave à la justice: elle avait demandé aux membres de son unité de garder le silence. Des agents de la police des frontières l'ont quand même balancée. Dimanche, l'Organisation de libération de la Palestine a condamné cet incident et exhorté les Nations Unies à réagir. «Cette vidéo montre l'étendue de la haine aveugle et du racisme sioniste», a-t-elle estimé.

(joc)