Russie

28 février 2015 23:11; Act: 28.02.2015 23:27 Print

Une caméra a filmé le meurtre de l'opposant

Une télévision russe a diffusé des images de vidéosurveillance montrant l'assassinat de Boris Nemtsov, vendredi dans le centre de Moscou.

Sur ce sujet
Une faute?

Des images diffusées samedi soir sur la chaîne russe TVC et prises par une caméra de vidéosurveillance située à une grande distance du pont en hauteur, montrent ce qui est présenté comme le déroulement de l'assassinat, malgré la piètre qualité des prises de vue.

Au moment du meurtre, M. Nemtsov et sa compagne se trouvent toutefois cachés par un engin de déneigement, dans l'angle de la caméra. On peut ensuite apercevoir un individu, présenté comme étant l'assassin, courir vers la chaussée avant de monter dans une voiture de couleur claire qui l'attendait et de quitter les lieux.

Selon le Comité d'enquête de Moscou s'appuyant sur les premiers éléments disponibles, le meurtre de Boris Nemtsov, ancien vice-Premier ministre de Boris Eltsine devenu un opposant radical à Vladimir Poutine, a été «minutieusement planifié».

«Vers 23h15, une voiture s'est approchée d'eux, quelqu'un a tiré des coups de feu, dont quatre l'ont touché dans le dos, causant sa mort», a déclaré la porte-parole du ministère de l'Intérieur, Elena Alexeeva, à la chaîne de télévision Rossiya 24.

Asile demandé en Lituanie

L'opposant russe Boris Nemtsov, tué par balle vendredi soir à Moscou, avait envisagé de demander l'asile politique en Lituanie en 2012. Il craignait des persécutions de la part du Kremlin, a déclaré samedi à l'AFP Andrius Kubilius, Premier ministre de l'Etat balte à l'époque.

M. Kubilius a assuré qu'il avait promis à Boris Nemtsov de l'accueillir dans son pays, au cours d'une conversation privée, en marge du congrès de son parti conservateur en 2012.

«Nemtsov a dit qu'il craignait d'être arrêté et mis en prison», à la suite des protestations de l'opposition russe contre le troisième mandat présidentiel de Vladimir Poutine en 2012, a poursuivi M. Kubilius.

«Il a demandé si la Lituanie pouvait lui accorder l'asile politique. Je lui ai dit ne pas avoir de doutes à ce sujet et j'ai proposé qu'il reste ici. Finalement, il y a renoncé», a dit l'ancien chef du gouvernement lituanien.

«Ténèbres de la terreur»

La Lituanie est un des membres de l'OTAN et de l'Union européenne les plus critiques à l'égard de Moscou. Son gouvernement a demandé à plusieurs reprises de renforcer les sanctions économiques en réponse à la politique russe en Ukraine.

Selon la présidente Dalia Grybauskaite, l'assassinat de Boris Nemtsov a montré que la Russie «plongeait dans les ténèbres de la terreur contre son propre peuple».

Une marche est prévue pour dimanche à Vilnius, en souvenir de M. Nemtsov et dans l'esprit de solidarité avec les opposants russes qui doivent se réunir le même jour à Moscou.

(20 minutes/ats/afp)