Toulon

11 février 2019 18:49; Act: 11.02.2019 18:50 Print

Une des doyennes des Français fête ses 115 ans

Soeur André, Lucille Randon pour l'état civil, a fêté lundi à Toulon ses 115 ans, dans l'EMS où elle vit depuis 2009.

storybild

Soeur André. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le diplôme de citoyenne d'honneur de la ville. C'est ce qui a été décerné par le maire de Toulon Hubert Falco, à Soeur André, née Lucille Randon le 11 février 1904, . «Il y a eu une belle fête, un repas artistique, l'évêque est venu et on lui a remis un chapelet béni par le pape François», a témoigné auprès de l'AFP, la mère supérieure de l'établissement, Soeur Marie-Thérèse.

Un autre invité était de la fête, Didier Borione, 89 ans, que Soeur André avait connu à deux ans, quand elle était gouvernante chez ses parents et qui a retrouvé sa trace grâce à internet.

«Elle est venue à Toulon pour se rapprocher de son neveu qui habite Marseille», a indiqué à l'AFP Soeur Marie-Pierre, selon laquelle Soeur André, qui se déplace en fauteuil roulant, est «malvoyante, mais a toute sa tête».

Lucille Randon, dont la soeur jumelle est morte à 18 mois, avait auparavant passé 30 ans dans un EMS de la commune des Marches, en Savoie.

Née à Alès (Gard), dans une famille protestante non pratiquante, seule fille entourée de trois frères, Soeur André a été gouvernante dans plusieurs familles, à Paris et en province. Elle se fait baptiser à 26 ans mais entre dans les ordres assez tardivement, à 41 ans, au sein de la compagnie des Filles de la Charité. Affectée dans un hôpital de Vichy (Allier), elle y reste 31 ans, avant de partir en Savoie.

«Elle a eu un parcours atypique, attirée par le service des pauvres», estime Soeur Marie-Thérèse. Au seuil de sa 116e année, Soeur André espère désormais que «que le Bon Dieu vienne me prendre bientôt (...) 115 ans c'est suffisant, j'espère que le Bon Dieu me prendra cette année», a-t-elle confié à France Inter.

Soeur André a eu quatre petits-neveux et de nombreux arrières petits-neveux. Aucun organisme officiel ne décerne en France le «titre» de doyen.

Parmi les personnes les plus âgées du pays figure également une Mahoraise, Tava Colo, qui serait même née 14 mois avant Soeur André, le 22 décembre 1902. Mais l'état civil mahorais étant sujet à caution, il subsiste un doute sur cette date.

(nxp/afp)