Japon

02 août 2018 09:46; Act: 02.08.2018 09:53 Print

Une école aurait baissé les notes des femmes

Une école de médecine de Tokyo est accusée d'avoir abaissé les notes des tests d'entrée des candidates dès 2011, parce qu'elles arrêtaient leur carrière pour fonder une famille.

storybild

Les femmes japonaises sont en général très instruites, mais elles arrêtent leur carrière au moment où elles fondent une famille. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Une école de médecine de Tokyo a modifié les notes des concours d'admission de ses candidates afin de limiter le nombre de femmes parmi les élèves, a rapporté un journal japonais jeudi. La triche a duré pendant plusieurs années.

Ces irrégularités ont été mises à jour dans le cadre d'une enquête sur une autre affaire impliquant cette université. Elle est également accusée d'avoir favorisé le fils d'un membre influent du ministère de l'Education en l'admettant dans ses rangs, affirme le quotidien Yomiuri Shimbun.

Selon le journal, qui cite des sources anonymes, l'université a commencé à baisser les notes des tests d'entrée des candidates en 2011, après avoir constaté une hausse du nombre de femmes reçues à l'examen en 2010. Cette année-là, elles représentaient environ 40% des candidats acceptés, soit le double de l'année précédente. Depuis, l'école s'est efforcée de maintenir le pourcentage d'étudiantes admises autour de 30%.

Carrières avortées

«Les femmes renoncent souvent à être médecin une fois qu'elles sont mariées et ont des enfants», a confié une source au journal pour justifier la falsification des notes. «Il y a un consensus au sein de l'université selon lequel les médecins hommes sont d'un plus grand soutien pour l'hôpital universitaire», qui exige souvent de se mobiliser en urgence et d'effectuer de longues heures de travail, selon cette source.

Les femmes japonaises sont en général très instruites, mais les habitudes de travail dans l'archipel, qui se caractérisent par un grand nombre d'heures supplémentaires au point de mener parfois à des cas de mort par surmenage, les conduisent souvent à arrêter leur carrière au moment où elles fondent une famille.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Antoine de Fribourg le 02.08.2018 10:07 Report dénoncer ce commentaire

    japoniaiseries, vaudoiseries...

    Il y a une grosse trentaine d'années, les écoles secondaires vaudoises faisaient de même pour l'entrée au collège. Les filles devaient avoir plus de points que les garçons pour être orientées vers le supérieur.

  • Io le 02.08.2018 10:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Macho

    Le machisme a toujours la dent dure. Favoriser le temps partiel et le partage des tâches cest aussi enlever des charges aux hommes. Car finalement il faut travailler pour vivre et non le contraire.

  • Cobra le 02.08.2018 10:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Inacceptable

    Absolument inacceptable. Que l on soit femme ou homme, chacun doit avoir les mêmes chances de carrière. Il y a encore du chemin jusqu à l égalité, je trouve que les hommes ont de la peine à évoluer. Pourtant ils ont tous une mère qui les a mis au monde.

Les derniers commentaires

  • Macho le 02.08.2018 16:51 Report dénoncer ce commentaire

    It's a man's world

    De tous temps il y a eu des femmes éduquées. Elles auraient très bien pu produire des choses géniales. Sauf qu'au final 95% des plus grands génies que l'humanité a connu étaient des hommes. Pourquoi faudrait-il en plus donner le privilège à ces femmes de quitter les études avant d'avoir une situation? Plus sérieusement, ça sert à quoi de former des médecins qui ne le seront jamais? Vous voulez personnel médical ou pas? Ah non c'est mieux de recruter à l'étranger!

  • Kayla le 02.08.2018 15:48 Report dénoncer ce commentaire

    Mini-Doc

    Hé bien dans ma volé en dernière année de médecine, on doit bien-être > 60% de filles et notre place on ne l'a pas volée ;). Je pense qu'on peut être une femme, devenir un bon médecin et ne pas devoir forcément sacrifier une potentielle future vie de famille (même si dans certaines spé le message n'est visiblement pas encore passé). Le Japon a peut-être encore du job à faire, mais la Suisse n'est pas en reste en ce qui concerne une partie de la formation post-graduée.

  • Alain Becile le 02.08.2018 15:24 Report dénoncer ce commentaire

    +_+

    Cest pas injuste cest une mesure pour que les resultats soit egaux avec ceux des hommes ;) Cest ca legalite cest pas toujours agreable...

  • Zorgl le 02.08.2018 14:49 Report dénoncer ce commentaire

    Respect SVP

    Si vous saviez comme le Japon s en tape des polémiques occidentales dégénérées à la balancetonporc, refugeeswelcome et autres maladies sociétales en fin de course. Le respect, chers amis progressistes, commence par accepter que d autres n ont pas les mêmes valeurs que vous, que vos valeurs ne sont en rien universelles et que l Autre a le droit de les considérer comme des pathologies mentales.

  • El Toro le 02.08.2018 14:02 Report dénoncer ce commentaire

    On ferait bien

    de faire pareil ici quand on sait que 75 % des étudiants en médecine sont des filles