RDC

14 décembre 2011 22:47; Act: 14.12.2011 22:52 Print

Une élection qui a «manqué de transparence»

L'élection présidentielle en République démocratique du Congo a été «gravement entachée» d'irrégularités, a estimé mercredi l'administration américaine.

Sur ce sujet
Une faute?

Victoria Nuland, la porte-parole du département d'Etat, a dit toutefois ignorer si ces manquements et le peu de transparence du scrutin «ont été suffisants pour changer le résultat».

Washington, qui se fonde sur le travail d'observation de son ambassade à Kinshasa et sur les rapports d'autres organisations, juge que «la gestion et l'exécution technique de cette élection ont été gravement entachées (d'irrégularités), ont manqué de transparence et n'ont pas été à la hauteur des gains démocratiques vus dans des élections africaines récentes».

Les Etats-Unis appellent encore «les autorités congolaises concernées» à examiner les allégations d'irrégularités «avec le plus d'ouverture et de transparence possibles.»

«Un examen technique rapide du processus électoral», écrit Mme Nuland, permettrait d'afficher des résultats «plus crédibles», et de montrer «si les irrégularités ont été provoquées par un manque d'organisation ou par des fraudes». Les Etats-Unis, a-t-elle ajouté, sont prêts à «fournir une aide technique».

Selon la Commission électorale, le président sortant Joseph Kabila a obtenu 48,95% des suffrages contre 32,33% à à l'opposant Etienne Tshisekedi, qui a rejeté «en bloc» ce résultat et s'est autoproclamé «président élu» de la RDC. D'autres candidats ont demandé l'annulation du scrutin.

La proclamation définitive des résultats de la présidentielle du 28 novembre par la Cour suprême de Justice doit avoir lieu samedi.

(afp)