Attaques au Sri Lanka

24 avril 2019 21:41; Act: 25.04.2019 08:03 Print

Une famille zurichoise parmi les victimes

Le couple et leur fille de 12 ans vivaient à Uster. Ils étaient dans la salle du petit-déjeuner lorsque l'un des kamikazes s'est fait exploser.

Sur ce sujet
Une faute?

On en sait plus sur les deux citoyens suisses qui ont perdu la vie dans les attentats de dimanche au Sri Lanka. Il s'agirait d'un couple qui vivait à Uster dans le canton de Zurich. Leur fille de 12 ans, aurait également perdu la vie, selon une information de Züriost, reprise par 20 Minuten. La famille prenait son petit-déjeuner dans un hôtel de luxe, lorsque l'un des kamikazes s'est fait exploser.

Après avoir été adoptée par un couple hollandais qui vivait en Suisse, R.W, la mère de famille, est retournée au Sri Lanka pour contribuer à la construction d'une école en faveur des enfants défavorisés. La première pierre de l'édifice, bâti à Gampola, a été posée au printemps 2018.

R.W était de passage au Sri Lanka pour suivre les travaux de construction.

Plus de 50 personnes interpellées

Mercredi, le bilan humain s'est encore alourdi, passant de 320 à 359 morts, avec quelque 500 blessés.

Parmi les victimes suisses, un couple bernois d'origine srilankaise qui passait des vacances là-bas a également été tué. Les deux époux avaient 60 et 55 ans et tenaient un kiosque dans le quartier Lorraine, en ville de Berne.

Le gouvernement sri-lankais a annoncé que «neuf kamikazes» au total avaient péri au cours des attaques. Huit ont été identifiés mais leurs noms n'ont pas été révélés. Sur les huit sites où des bombes ont explosé dimanche, six - trois églises à Colombo, Negombo et Batticaloa ainsi que trois hôtels de luxe à Colombo - ont été frappés en début de matinée par des attentats suicides.

Tandis que les cimetières sri-lankais assistaient à un défilé ininterrompu de funérailles de victimes de ces attentats, l'île poursuivait mercredi sa gigantesque traque de suspects. Lors de raids nocturnes, les forces de sécurité ont arrêté 18 personnes supplémentaires, qui s'ajoutent aux 40 interpellées depuis dimanche.

(bee/dri)