Marche contre l'islamophobie en France

11 novembre 2019 17:28; Act: 12.11.2019 13:54 Print

Une fillette affublée d'une étoile jaune: «À vomir»

Lors du rassemblement contre l'islamophobie à Paris, une sénatrice a pris la pose avec des manifestants portant un autocollant évoquant l'étoile de David. Scandale sur les réseaux sociaux.

storybild

De nombreuses personnalités ont jugé que cette photo «écoeurante», «infâme», ou encore «honteuse». (Photo: Twitter/Esther Benbassa)

Sur ce sujet
Une faute?

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dimanche à Paris pour une marche controversée contre l'islamophobie. Cet événement a divisé la classe politique, surtout à gauche, et suscité des critiques acerbes du gouvernement français et de l'extrême droite. La manifestation, qui a réuni quelque 13'500 personnes, s'est déroulée dans le calme. Mais une photo largement partagée sur les réseaux sociaux a provoqué un torrent de réactions outrées, rapporte BFM TV.

L'image montre des manifestants, dont une fillette, arborer un autocollant représentant une étoile jaune. L'astre ne comporte que cinq branches, mais il ressemble fortement au symbole de la discrimination et de répression des juifs lors de la Seconde guerre mondiale. Une manière, apparemment, pour les manifestants de comparer leur sort à celui réservé à certains musulmans en France, aujourd'hui. Sur cette photo, la sénatrice écologiste Esther Benbassa prend la pose avec les manifestants. Elle a elle-même posté la photo sur Twitter.

«Le détournement de l'étoile jaune est une infamie»

Si la comparaison entre le sort réservé aux juifs pendant la Seconde guerre et la situation actuelle des musulmans en France est problématique, c'est surtout la présence de cette petite fille qui ulcère de nombreux internautes. L'avocat Alain Jakubowicz, ex-président de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), a été l'un des premiers à réagir sur les réseaux sociaux. «Cette photo est à vomir», a-t-il tempêté, estimant que «ceux qui l’ont affublée de cette étoile se sont déshonorés».



Du côté du Printemps républicain, mouvement qui défend la laïcité, les commentaires vont bon train. «Le détournement de l'étoile jaune est une infamie», dénonce notamment Gilles Clavreul, ancien soutien de Manuel Valls. À l'image de la députée Aurore Bergé et de l'ex-ministre François de Rugy, les représentants de la République en marche se disent scandalisés par l'«instrumentalisation» de cette fillette.



Un maire des Républicains évoque pour sa part «une manipulation de la Shoah», tandis qu'un sénateur socialiste «cherche (ses) mots» pour dire son «écoeurement» devant cette photo «obscène». «Aucun musulman de France ne subit ce que nos parents ont subi pendant la seconde guerre mondiale et je leur souhaite de ne jamais le subir», s'indigne Ariel Goldmann, président du Fonds social juif unifié, institution de la communauté juive en France. De son côté, Bernard-Henri Lévy juge «ignoble» cette «mise en scène».


Un imam parle de «dérapage»

Interrogé par Franceinfo, l'imam de la mosquée de Bordeaux, Tareq Oubrou, évoque un «dérapage»: «Ceux qui arborent cette étoile jaune ne connaissent pas l'histoire des juifs en France. On ne peut pas faire des comparaisons comme ça, on n'est pas dans les années 30. Ce dérapage ne sied pas à cette manifestation qui dénonce l'exclusion de cette manière-là», a-t-il déploré.

Prise dans la tempête, Esther Benbassa se défend de tout antisémitisme. Sur Twitter, elle assure qu'elle n'a «pas remarqué ces insignes». Elle précise par ailleurs que la fillette et les manifestants arborent «une étoile à 5 branches (celle portée par les juifs en comptait 6), un croissant de lune évoquant la fin du Ramadan». «Et me voici traitée d'antisémite et de négationniste. Moi, une juive, ayant consacré ma vie à écrire l'histoire des miens», se défend la sénatrice.


(joc)