Etats-Unis

25 juillet 2018 02:44; Act: 25.07.2018 02:46 Print

Une héritière de Seagram sur le banc des accusés

Clare Bronfman est soupçonnée d'avoir participé à une secte dirigée par un gourou, à la tête d'un réseau d'esclaves sexuelles.

storybild

Clare Bronfman est soupçonnée d'avoir participé à une secte dirigée par un gourou, à la tête d'un réseau d'esclaves sexuelles. (Mardi 24 juillet 2018) (Photo: Keystone)

Une faute?

L'une des héritières de l'ancien empire canadien des spiritueux Seagram a été interpellée mardi pour sa participation présumée à une secte dirigée par un gourou, à la tête d'un réseau d'esclaves sexuelles. Agée de 39 ans, Clare Bronfman est soupçonnée d'avoir été, de 2009 à 2018 au moins, membre du conseil d'administration de Nxivm (prononcer Nexium), l'entité créée par Keith Raniere (57 ans), considéré comme son chef.

Keith Raniere est accusé d'avoir entretenu durant plusieurs années un cercle de 15 à 20 femmes sous son influence, avec lesquelles il avait des relations sexuelles quand il le souhaitait. Parallèlement, il aurait créé, en 2015, une organisation pyramidale, baptisée «DOS», qui comprenait des «esclaves» et des «maîtres», et dont tous les membres étaient des femmes.

Avant d'être acceptées comme esclaves, les femmes devaient fournir des «garanties», c'est-à-dire divers éléments compromettants pour elles-mêmes que l'organisation se réservait la possibilité d'utiliser si elles essayaient de la quitter. Elles devaient aussi subir un «marquage», qui consistait à tracer sur la peau des lettres, souvent les initiales de Raniere, à l'aide d'un stylo à cautériser, qui brûlait les chairs.

Selon les éléments de l'enquête publiés mardi par les services du procureur fédéral de Brooklyn, Clare Bronfman aurait notamment cherché à discréditer d'anciennes membres de DOS. Elle aurait également espionné les messageries électroniques de personnes considérées comme des ennemis de Nxivm et utilisé la carte de crédit d'une ancienne membre décédée.

100 millions de dollars

Selon plusieurs médias, Clare Bronfman et sa soeur Sara auraient apporté, depuis leur adhésion à Nxivm, plus de 100 millions de dollars à la secte, tirés de la fortune familiale. Le père de Clare Bronfman, Edgar Bronfman (1929-2013), fut le PDG de Seagram, longtemps un des plus grands groupes de spiritueux du monde avant un virage dans l'industrie de la musique et des médias qui signa la fin de ce géant canadien.

Clare Bronfman a été présentée mardi au juge fédéral de Brooklyn, devant lequel elle a plaidé non coupable. Le magistrat l'a remise en liberté après versement d'une caution de 100 millions de dollars et son placement sous surveillance électronique. Toujours mardi et dans le même dossier, trois autres femmes ont été présentées à la justice, dans un tribunal fédéral d'Albany, dans l'Etat de New York.

Keith Raniere avait été interpellé fin mars au Mexique, où il s'était réfugié, puis extradé et présenté à la justice américaine. Fin avril, les autorités ont arrêté l'actrice Allison Mack, soupçonnée d'avoir contribué à la création et l'organisation de Nxivm.

(nxp/afp)