France

06 décembre 2018 14:20; Act: 07.12.2018 08:00 Print

Vives réactions après l'interpellation de lycéens

L'interpellation collective de lycéens français, forcés à se mettre à genoux les mains derrière la tête, a choqué les internautes jeudi.

Sur ce sujet
Une faute?

Les mains entravées ou sur la tête, à genoux ou assis au sol, des dizaines de lycéens ont été interpellés jeudi à Mantes-laJolie, le plus jeune ayant 12 ans seulement. Les ados ont été rassemblés dans le jardin d'un pavillon et dans une maison associative par quelque 70 policiers mobilisés pour cette opération. Au total, 146 personnes ont été interpellées devant un lycée de la ville après des heurts et dégradations dans cette commune des Yvelines.

«Voilà une classe qui se tient sage», commente un homme sur une des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

Sur une autre vidéo, tournée par l'AFP, on peut apercevoir la même scène.

«Infamie indélébile»

Les images ont suscité de vives réactions. « Il faut dire les choses posément mais fermement : ce qui s'est passé avec les lycéens de Mantes-la-Jolie – ces scènes dont il existe de nombreuses photos et vidéos – est simplement intolérable », a dénoncé sur Twitter l'ancienne ministre du Logement Cécile Duflot.

L'avocat pénaliste au barreau de Paris Martin Mechin a parlé de «honte» et d'«infamie indélébile».«Christophe Castaner, vous êtes responsable», a-t-il tweeté.

Le syndicaliste de la FCPE (Fédération des conseils de parents d'élèves) Michel Vincent, a pour sa part écrit : «Quand Blanquer nous promets l'école de la confiance, Castaner met en place celle de l'humiliation! Le scandale est sans nom! Parents réagissons cela suffit!»

«Ces images sont impressionnantes mais aucun jeune n'a été blessé, ni maltraité, nous n'avons enregistré aucune plainte», a affirmé le préfet des Yvelines, Jean-Jacques Brot, cité par Le Monde.

Le ministère de l'Intérieur a tenté d'expliquer la situation : «37 des présents, la plupart encagoulés, étaient trouvés porteurs de bâtons, battes de base-ball et conteneurs de gaz lacrymogène.» Et d'ajouter: «L'interpellation d'un nombre aussi important d'individus a nécessité de prendre des mesures de sécurité complémentaires.»

«Participation à un attroupement armé»

Certains interpellés ont déjà été conduits dans des commissariats du département pour être fixés sur leur sort et savoir si des poursuites sont engagées à leur encontre, selon une source policière.

Ces arrestations ont eu lieu après de nouveaux incidents à proximité du lycée Saint-Exupéry, où deux voitures ont été incendiées jeudi et où des heurts ont éclaté avec la police, a constaté une journaliste de l'AFP. Les interpellés sont soupçonnés de «participation à un attroupement armé», a détaillé le commissaire Arnaud Verhille.

Ailleurs en France, des heurts ont également éclaté aux abords de plusieurs établissements dans le sillage d'une mobilisation réactivée par les «gilets jaunes» et qui en est à son quatrième jour.

Environ 280 lycées et collèges ont été perturbés, dont 45 bloqués, par des élèves et plusieurs incidents ont été recensés, conduisant à plus de 700 interpellations au total. Les syndicats lycéens ont appelé jeudi à maintenir la pression et intensifier le mouvement par une «mobilisation générale» avant des manifestations vendredi.

(nxp/afp)

Les commentaires les plus populaires

  • Ryan le 07.12.2018 05:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais ouais.

    Quand un pays est plus choqué par un lycéen à genoux contre un mur, que par le même lycéen encagoulé qui brûle des voitures, casse des vitrines et frappe un CRS, on commence à peine à entrevoir le problème de fond de la France...

  • cedric le 07.12.2018 05:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vive le pays des bisounourse

    en quoi c est une honte ? la honte aurais de rien faire et les laisser faire. ils doivent comprendre aussi que tout action a ses concequences.

  • Philippe Kieffer le 06.12.2018 20:01 Report dénoncer ce commentaire

    Du balai!

    on peut facilement voir que la physionomie des participants à ces émeutes est quelque peu différente de celle des gilets jaunes. Ces pseudos lycéens qui saccagent tout sans raison sont justement le visage de cette France qui ne veut pas s'intégrer et vit aux crochets des contribuables honnêtes qui rament tous les mois... Il faut mettre fin au droit du sol en France.

Les derniers commentaires

  • Gnouffe56 le 07.12.2018 17:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Du calme l'armée des moutons !

    Hé ho, les moraliste policés suissounets, heureusement qu'on a eu mai 68, non ? Sinon, retour aux gifles et insultes des enseignants, examens appris par coeur, règne des notables le peuple n'à qu'à se taire et à servir... et toujours pas de droit de vote pour les femmes (Suisse, les femmes ont pu voter en... 1971 !!!).

  • Gnouffe56 le 07.12.2018 16:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Retour aux Cavernes

    Ça devient le casse-tête, hein, de savoir quoi quand comment faire ? On voit que rien n'a été prévu et que les réponses se font dans l'urgence à la tête des clients. Vivement une concertation gouvernementale et des réglements de police cohérents... à chaque réponse de ce type, tout peut basculer dans la colère populaire. Démocratie d'incompétents dinosaures...

  • Paul Vial le 07.12.2018 10:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Solution lundi ?

    Face au mur avant exécution ?

  • Pierre Albert le 07.12.2018 10:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Triste

    Les CRS vont pouvoir se défouler sur les gauchistes. « Aïe pan sur la tête, aïe pan sur la tête «  comme disait Coluche

  • frank le 07.12.2018 08:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un programme pour la france

    Ces images montrent le conflit social et moral du pays, deux forces qui s'opposent, la fracture est profonde et risque de laisser des traces dans le futur. La monarchie française et son peuple subissent leurs colonisations, les frustrations de ses chefs et ses anciens à vouloir construire un État de droit est un échec. C'est au peuple de France de se reconstruire, à lui seul, ré-instaurer une république-démocratique depuis le bas, écarter les élites et redonner la parole au peuple.