Scandale à Davos

25 janvier 2020 22:11; Act: 26.01.2020 07:28 Print

Une militante noire coupée de la photo de groupe

Cinq militantes du climat ont fait le bilan du WEF. Problème, sur la photo publiée par l’agence Associated Press (AP), seule 4 d’entre elles sont visibles. La cinquième, l'Ougandaise Vanessa Nakate, a été supprimée du cliché.

Tweet de @vanessa_vash

Sur ce sujet
Une faute?

À Davos, cinq militantes du climat se sont présentées devant les médias vendredi pour faire le point sur le WEF. Une photo prise à cette occasion et publiée peu après par l’agence de presse Associated Press (AP) a suscité l’indignation de nombreuses personnes. Sur le cliché, on peut constater que seules quatre des cinq intervenantes apparaissent, soit toutes les femmes de type caucasien. En revanche, l’Ougandaise Vanessa Nakate, elle, a été coupée de la photo.

L'image s'est répandue dans le monde entier, ce qui n’a pas échappé à la jeune femme de 23 ans. Dans une vidéo postée sur Twitter, elle a résumé sa semaine mouvementée à Davos et s'est battue contre les larmes, avant de finalement pleurer.

«Maintenant je connais la définition du mot racisme»

Quatre heures seulement après la manifestation médiatique, l’agence de photos AP a fourni la photo complète – avec les cinq militantes du climat. Mais le mal était déjà fait, l’image des quatre femmes blanches était largement répandue dans le monde.

Vanessa Nakate a déclaré au site d'information américain «Buzzfeed»: «J'ai pleuré parce que c'était si triste, non seulement parce que c'était raciste, mais aussi pour les Africains. Cela montre comment les gens nous considèrent. Cela m'a fait beaucoup de mal. C'est la pire chose que j'ai jamais vécue dans ma vie.»

Vanessa Nakate a tweeté les deux photos et ne s’est pas seulement montrée personnellement concernée: «Vous ne m’avez pas seulement effacée de la photo, vous avez aussi effacé un continent entier.» Et d'ajouter: «Mais je suis plus forte que jamais.»

L'agence de presse AP a entre-temps retiré la photo montée et fait savoir qu'il n'y avait pas de mauvaise intention derrière la coupure, mais des pensées artistiques. «Le photographe a dû livrer le cliché rapidement et l'a coupée de cette façon pendant le montage parce qu'il pensait que le bâtiment en arrière-plan était dérangeant», a déclaré le chef photographe de l'AP, David Ake, à la BBC. Par la suite, d'autres images ont été publiées, comme c'est toujours le cas lorsque la première photo a été prise dans des délais très courts.

Nombreux sont ceux qui ont soutenu la militante, notamment Greta


(anf/lhu)