Parasite

12 juin 2019 14:02; Act: 13.06.2019 07:01 Print

Une tique tropicale survit en Allemagne

Des chercheurs allemands signalent que six tiques tropicales, appelées Hyalomma, ont résisté à l'hiver en Allemagne. En 1995, cette tique avait été repérée en Suisse.

storybild

La tique Hyalomma (à droite), sans doute importée par les oiseaux migrateurs, est deux à trois fois plus grosse que la tique indigène. (Photo: Lidia Chitimia-Dobler, Institut de microbiologie de la Bundeswehr, Munich)

Sur ce sujet
Une faute?

Des chercheurs de l'Université allemande d'Hohenheim et de la Bundeswehr ont trouvé six exemplaires de la tique tropicale Hyalomma à la fin de cet hiver, importée selon toute vraisemblance par des oiseaux migrateurs.

Les parasites du genre Hyalomma - deux à trois fois plus gros que les tiques indigènes - avaient déjà été repérés en 2018. Cinq nouveaux exemplaires ont été trouvés récemment sur des chevaux en Rhénanie-du-Nord-Westphalie et en Basse-Saxe, alors que les oiseaux migrateurs n'étaient pas encore de retour.

Les tiques Hyalomma, reconnaissables à leur taille et à leurs pattes annelées, ont en outre pour caractéristique de poursuivre activement les animaux à sang chaud sur des dizaines de mètres. Elles sont présentes dans des zones arides à semi-arides d'Afrique, d'Asie et du sud de l'Europe, Turquie, Espagne, Italie et France notamment.

Elles peuvent transmettre différentes maladies, notamment la fièvre hémorragique de Crimée-Congo et des rickettsioses. En Suisse également, des chercheurs de l'Université de Neuchâtel avaient signalé en 1975 déjà la présence occasionnelle de tiques Hyalomma amenées par des oiseaux migrateurs.

Peu de chances de s'établir

Pour le parasitologue de l'Université de Zurich Alexander Mathis, interrogé par Keystone-ATS, le fait que quelques individus aient passé l'hiver en Allemagne ne signifie pas pour autant que cette tique va s'établir dans nos contrées. Les hivers en Suisse sont trop froids, selon lui.

En revanche, il est possible que ces tiques survivent dans des étables ou qu'elles aient été importées via des transports de foin ou de fourrage, ajoute le spécialiste. Elles sont très résistantes à la sécheresse, contrairement à nos espèces indigènes.

Leurs possibilités de multiplication sont également limitées du fait que pour se reproduire, le mâle et la femelle doivent se trouver sur le même animal-hôte et qu'ils n'ont qu'un cycle de reproduction par année.

Le Pr Mathis juge également «extrêmement improbable» une éventuelle importation de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo. Le parasite n'en est pas automatiquement porteur, il faut pour cela qu'il pique à un stade juvénile un animal infecté.

(nxp/ats)