France

11 avril 2019 04:36; Act: 11.04.2019 08:50 Print

Il va être fixé après 12 ans de lutte contre Monsanto

Un céréalier français Paul François affirme avoir été intoxiqué par un herbicide de la firme américaine. La cour d'appel de Lyon rend sa décision ce jeudi.

storybild

Paul François, céréalier de Charente (sud-ouest), avait été intoxiqué en avril 2004 après avoir inhalé des vapeurs de Lasso, un herbicide de Monsanto. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La justice française donnera-t-elle raison jeudi pour la troisième fois à Paul François face à Monsanto? Cela fait douze ans que l'agriculteur français tente de faire reconnaître la responsabilité de la firme américaine dans son intoxication à un herbicide.

«On espère une victoire pour Paul François après douze ans... et parce que des procédures contre des firmes, on en a peu car il est souvent difficile d'identifier le produit à l'origine de l'intoxication», a déclaré une porte-parole de l'association Phyto-victimes, présidée par M. François.

Paul François, céréalier de Charente (sud-ouest), avait été intoxiqué en avril 2004 après avoir inhalé des vapeurs de Lasso, un herbicide de Monsanto. Après plusieurs malaises, M. François avait été longuement hospitalisé et frôlera même la mort. Il assure souffrir de graves troubles neurologiques.

«Plus d'un million d'euros» réclamé

Le Lasso est interdit en France depuis novembre 2007, mais il a été banni du Canada dès 1985, puis en 1992 en Belgique et au Royaume-Uni. Son mal reconnu comme maladie professionnelle, l'agriculteur s'est lancé dans un combat judiciaire contre Monsanto, filiale de l'allemand Bayer depuis 2018. Il réclame au groupe une indemnisation à hauteur de «plus d'un million d'euros».

M. François avait obtenu gain de cause en première instance et en appel. Monsanto s'étant pourvu en cassation, l'affaire a été de nouveau examinée le 6 février devant la cour d'appel de Lyon (est), qui rendra sa décision jeudi.

A l'issue de l'audience, l'agriculteur s'était dit «blessé» bien qu'«habitué aux coups» depuis le début de son marathon judiciaire, l'existence de ses séquelles ayant été contestée par les avocats de Monsanto dans leurs plaidoiries.

Devant la presse, l'avocat de Monsanto, Me Jean-Daniel Bretzner, s'était notamment appuyé sur le livre écrit par M. François - «Un paysan contre Monsanto» paru en 2017 - dans lequel ce dernier reconnaissait, selon lui, avoir été «négligent le jour J», tout en sachant «pertinemment qu'il s'agissait de produits dangereux».

- «Ils nient en bloc» -

«Juridiquement, le dossier est solide et il n'y a rien de changé du côté de la défense de Monsanto, ils nient tout en bloc mais on espère que la juridiction saura passer outre», estime l'avocat du plaignant, Me François Lafforgue.

Une victoire de M. François jeudi ne mettrait pas forcément fin à son combat judiciaire, Monsanto ayant encore la possibilité de se pourvoir une nouvelle fois en cassation. Contactée par l'AFP, Bayer, dont le cours de Bourse a plongé de 38% depuis l'acquisition du spécialiste des produits phytosanitaires et des semences OGM, s'est dit «dans l'attente de la décision» de jeudi, se refusant à tout commentaire à ce stade.

L'arrêt de la cour d'appel de Lyon interviendra deux semaines après une retentissante décision judiciaire aux Etats-Unis. Monsanto a été condamné le 28 mars à San Francisco à verser plus de 80 millions de dollars à un Californien de 70 ans, souffrant d'un lymphome non-hodgkinien après avoir utilisé du Roundup pour désherber sa propriété. L'entreprise a fait appel.

En août, c'est un autre Américain, jardinier de profession, en phase terminale d'un cancer, qui avait obtenu en justice la somme de 289 millions de dollars face à la firme. La somme a ensuite été réduite par une juge à 78,5 millions de dollars. Bayer a aussi fait appel de ce jugement.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Laurence le 11.04.2019 09:12 Report dénoncer ce commentaire

    Espoir, espoir...

    J'espère que Monsanto va se ramasser et que cette décision de justice fera jurisprudence pour tous les autres !

  • Maxime le 11.04.2019 12:40 Report dénoncer ce commentaire

    La porte est ouverte

    Il va gagner car un américain vient de gagner contre eux.

  • Patrick le 11.04.2019 17:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non aux pesticides

    C'est tous ces pesticides qu'il faudrait avoir enfin le courage de bannir. Même si on veut faire du bio, les champs sont immanquablement contaminés par ceux des voisins. Tous ces pesticides pour quoi au final ? On sacrifice la santé au nom du profit. Il existe pourtant des alternatives naturelles à tout ce chimique. On produira peut-être moins et alors ? De toute façon bcp d'agriculteurs ont du mal à écouler leur récolte et finissent par tout détruire. Et qu'on ne vienne pas me dire que c'est obligatoire pour nourrir la population mondiale. A notre époque où le citoyen lambda peut faire le tour du monde sans souci, on arrive pas à acheminer la nourriture vers ceux qui en ont besoin. Alors qu'est que ça changerait d'avoir moins de production sous nos latitudes pouvu qu'on ait enfin de la qualité. Notre santé et l'environnement en seraient largement gagnants

Les derniers commentaires

  • Eric Lecteur le 11.04.2019 17:24 Report dénoncer ce commentaire

    Nous en sommes là et las.

    Ces groupes monstrueux possèdent à la fois les semences (génétiquement modifiées) dont le rendement ne peut être assuré que grâce aux engrais et pesticides que ces mêmes groupes possèdent. Cela nuit à notre santé, nous rend malades ? Génial pour eux, ils détiennent les groupes pharmaceutiques pour nous "soigner", dans toute la beauté des spirales d'effets secondaires.

  • Patrick le 11.04.2019 17:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non aux pesticides

    C'est tous ces pesticides qu'il faudrait avoir enfin le courage de bannir. Même si on veut faire du bio, les champs sont immanquablement contaminés par ceux des voisins. Tous ces pesticides pour quoi au final ? On sacrifice la santé au nom du profit. Il existe pourtant des alternatives naturelles à tout ce chimique. On produira peut-être moins et alors ? De toute façon bcp d'agriculteurs ont du mal à écouler leur récolte et finissent par tout détruire. Et qu'on ne vienne pas me dire que c'est obligatoire pour nourrir la population mondiale. A notre époque où le citoyen lambda peut faire le tour du monde sans souci, on arrive pas à acheminer la nourriture vers ceux qui en ont besoin. Alors qu'est que ça changerait d'avoir moins de production sous nos latitudes pouvu qu'on ait enfin de la qualité. Notre santé et l'environnement en seraient largement gagnants

  • John Wills Jr II le 11.04.2019 16:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dangerous, vraiment?

    Je tiens à mon santé may pas à Monsanto. Ahahah, humour American!

  • Jean le 11.04.2019 14:24 Report dénoncer ce commentaire

    Et la marmotte...

    @Sylvain tient un troll de Bayer

  • Maxime le 11.04.2019 12:40 Report dénoncer ce commentaire

    La porte est ouverte

    Il va gagner car un américain vient de gagner contre eux.