Etats-Unis

10 janvier 2017 23:20; Act: 10.01.2017 23:32 Print

Vaccination: Trump nomme Robert Kennedy Jr

Le fils du sénateur est connu pour douter de l'efficacité des vaccins. Il va présider une commission.

Voir le diaporama en grand »
Les ministres allemand et américain des Finances ont échangé à la veille de l'ouverture du G20 Finances. (Jeudi 16 mars 2017) Dina Powell, une banquière arabo-américaine née au Caire, a été nommée adjointe du conseiller à la sécurité nationale. (Mercredi 15 mars 2017) Le ministre du Logement de Donald Trump, Ben Carson, a déclenché un tollé en affirmant que les esclaves ramenés d'Afrique étaient des «immigrés» qui avaient «un rêve» américain. (Lundi 6 mars 2017) L'ancien Premier ministre britannique Tony Blair a rencontré le gendre de Donald Trump pour devenir conseiller spécial pour le Moyen-Orient dans l'administration du président américain. (Samedi 4 mars 2017) Wilbur Ross, un multimilliardaire avec des liens présumés avec des oligarques russes, a été confirmé au poste de secrétaire du Commerce. (Lundi 27 février 2017 - Image d'archive) Rex Tillerson arrive au Mexique pour une visite de deux jours. (Mercredi 22 février 2017) Le candidat choisi par Donald Trump pour succéder à Michael Flynn au poste de conseiller à la sécurité nationale, Robert Harward, a décliné la proposition. (Jeudi 16 février 2017) Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson fait ses grands débuts sur la scène diplomatique en Allemagne, lors d'un G20 où ses partenaires espèrent apprendre ce que «l'Amérique d'abord» signifie pour le reste du monde. (Mercredi 15 février) Le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a félicité la Serbie pour sa fête nationale, sans faire mention de sa candidature à l'UE, comme le faisaient ses prédécesseurs. (Lundi 13 février 2017) L'ancien patron d'Exxon Mobil, Rex Tillerson, totalement novice en politique, est enfermé depuis près d'une semaine dans son bureau du septième étage du gigantesque bâtiment surnommé «Foggy Bottom» dans le sud de Washington. (Lundi 6 février 2017) Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson se rendra «dans les prochaines semaines» au Mexique, après avoir rencontré son homologue mexicain à Washington. (Mercredi 8 février 2017) Jeff Sessions est le nouveau ministre de la Justice de l'administration Trump, après sa confirmation par le Sénat américain. (Mercredi 8 février 2017) Steve Bannon est le nouvel homme fort de la Maison Blanche. (Vendredi 3 février 2017) Le Sénat a approuvé la nomination de Rex Tillerson.. Il succède ainsi à John Kerry. (1er février 2016) Rex Tillerson n'est plus qu'à un pas de la nomination au poste de secrétaire d'Etat américain, après un premier vote de procédure positif du Sénat. (Lundi 30 janvier 2017 - Image d'archive) La nomination par Donald Trump de Nikki Haley, ici photographiée au Sénat le 18 janvier 2017, au poste d'ambassadrice américaine à l'ONU a été approuvée à une très large majorité par le Sénat. (Mardi 24 janvier 2017) James Mattis, nouveau ministre de la Défense, a affirmé que l'engagement des Etats-Unis envers l'Otan était «inébranlable». (Lundi 23 janvier 2017) Le Sénat américain a confirmé par 66 voix contre 32 Mike Pompeo au poste de directeur de la CIA. (Lundi 23 janvier 2017) Rex Tillerson, ancien directeur général d'ExxonMobil, est en passe de devenor secrétaire d'Etat dans l'administration Trump. (Photo d'archives) Nouveau secrétaire à la Défense, le général James Mattis prête avant de prendre ses fonctions à la tête du Pentagone. (Vendredi 20 janvier 2017) Donald Trump a désigné Rudy Giuliani, l'ex-maire de New York, pour le conseiller sur le dossier de la cybersécurité. (Jeudi 12 janvier 2017) Donald Trump a tenu sa première conférence de presse. Il a notamment dénoncé les fausses informations sur son compte diffusées dans certains médias américains concernant ses liens supposés avec la Russie. (Mercredi 11 janvier 2017) Le président élu Donald Trump a demandé lundi à Robert Kennedy Junior, un écologiste qui doute de l'innocuité des vaccins et en lie certains à l'autisme, de présider une commission sur la sûreté de la vaccination. Ici à la Trump Tower, le 10 janvier 2017. Jared Kushner, le gendre du président-élu, le soir de la victoire électorale à New York le 9 novembre 2016. Le mari d'Ivanka Trump sera officiellement conseiller de Donald Trump à la Maison Blanche. (Lundi 9 janvier 2017). Donald Trump a nommé mardi représentant au Commerce extérieur (USTR) où il sera en charge des négociations commerciales internationales et devra mettre en musique l'agenda protectionniste du président élu américain. (3 janvier 2017) Donald Trump a nommé jeudi son ancienne directrice de campagne Kellyanne Conway, reconnue pour son rôle déterminant dans l'élection du républicain, au poste de conseillère du président à la Maison Blanche. (Jeudi 22 décembre 2016) Donald Trump a nommé le milliardaire et homme d'affaires américain Carl Icahn conseiller spécial chargé de la simplification des «règles excessives» qui pèsent sur les entreprises américaines. Son équipe de transition l'a annoncé mercredi. (Mercredi 21 décembre 2016) L'ex-gouverneur du Texas Rick Perry, 66 ans, serait nommé ministre de l'Energie, un ministère qu'il voulait lui-même supprimer il y a plusieurs années. (mardi 13 décembre 2016) Rex Tillerson a été décoré par Vladimir Poutine de l'ordre du mérite le 21 juin 2014. Ils ont fait connaissance dans les années 1990, quand le premier supervisait un projet d'Exxon sur l'île de Sakhaline. Cette 'amitié' sera couronnée par un accord historique signé en 2011 entre le géant énergétique public russe Rosneft et Exxon pour explorer et forer ensemble l'Arctique et la Sibérie. Le président américain élu Donald Trump a nommé mardi le PDG d'ExxonMobil Rex Tillerson, comme chef de sa future diplomatie (Mardi 13 décembre 2016). Le président élu américain Donald Trump a choisi lundi un dirigeant de la célèbre banque d'affaires Goldman Sachs pour diriger son Conseil économique, a indiqué son équipe de transition. Le général à la retraite John Kelly a été choisi pour être le future secrétaire d'Etat à la Sécurité intérieure, devenant le 3e général à intégrer la nouvelle administration Trump. (lundi 12 décembre 2016) Rudy Giuliani, ex-maire de New York, a renoncé à faire partie de l'administration. (Vendredi 9 décembre 2016) Donald Trump a retenu un climato-sceptique, Scott Pruitt, pour diriger l'Agence de protection de l'environnement (EPA). Ce ministre de la Justice de l'Oklahoma est proche de l'industrie des énergies fossiles. (Jeudi 8 décembre 2016) Donald Trump a nommé la femme d'affaires Linda McMahon au sein de son futur cabinet présidentiel, pour gérer les PME (Jeudi 8 décembre 2016). Donald Trump s'est choisi pour ambassadeur à Pékin le gouverneur de l'Iowa Terry Brandstad, un «vieil ami de la Chine». (Mercredi 7 décembre 2016) Donald Trump a nommé l'ex-chirurgien Benjamin Carson ministre du logement et du développement urbain. (Lundi 5 décembre 2016) Les associations écologistes se préparent à mener un dur combat contre Donald Trump, qui aurait notamment décidé de nommer un climato-sceptique à la tête de l'Agence pour la protection de l'environnement américaine. (Mercredi 7 décembre 2016) Donald Trump a annoncé qu'il nommerait le général à la retraite James Mattis pour diriger le département de la Défense. (Jeudi 1er décembre 2016) Steven Mnuchin, un ancien dirigeant de la banque d'affaires Goldman Sachs, a annoncé avoir été nommé secrétaire au Trésor de Donald Trump, mercredi sur la chaîne CNBC (mercredi 30 novembre 2016) Steven Mnuchin, un ancien dirigeant de la banque d'affaires Goldman Sachs, a aussi confirmé la nomination de Wilbur Ross (en photo AFP ci-contre) à la tête du département du Commerce, en charge de la politique industrielle américaine. (mercredi 30 novembre 2016) Les fervents soutiens du président élu refusent que ce poste stratégique revienne au modéré républicain Mitt Romney. (Jeudi 24 novembre 2016) Nikki Haley, ici le 18 novembre 2016 à Washington, est la gouverneur républicaine de Caroline du Sud. Elle vient d'être nommée par Donald Trump ambassadrice aux Nations unies. D'origine indienne, elle est la première femme issue d'une minorité à occuper ce poste, et la deuxième femme de la future administration Trump. (Mercredi 23 novembre 2016). Donald Trump a nommé le 23 novembre la millionnaire Betsy DeVos (ici le 18 novembre) comme ministre de l'Education. Ancienne leader du Parti républicain du Michigan, elle est un soutien du système des 'charter schools', des écoles publiques au fonctionnement plus ou moins indépendant. Mais son rôle sera limité, l'Education étant gérée au niveau des Etats. (Mercredi 23 novembre 2016). Mitt Romney, candidat malheureux du parti républicain à la Maison Blanche en 2012, figure en bonne place pour prendre le secrétariat d'Etat, le poste le plus important dans l'ordre protocolaire après le vice-président. Donald Trump a décidé de confier le ministère de la Justice au sénateur Jeff Sessions, 69 ans, partisan d'une extrême fermeté sur l'immigration illégale, un des grands thèmes de campagne du milliardaire qui avait promis d'expulser 11 millions de clandestins. Autre poste très important, celui de conseiller à la sécurité nationale, actuellement occupé par Susan Rice, va revenir au général à la retraite Michael Flynn, 57 ans, grand pourfendeur de l'extrémisme islamique et défenseur d'un rapprochement avec Moscou et Pékin. Le magnat de l'immobilier élu le 8 novembre sur un programme populiste a aussi annoncé que la CIA allait être pilotée par Mike Pompeo, 52 ans, élu du Kansas dans la vague d'arrivée au Congrès du Tea Party, l'aile ultra-conservatrice du parti républicain. Mike Pompeo est un farouche adversaire du régime iranien et de l'accord international sur le nucléaire pour empêcher Téhéran de se doter de la bombe.

Une faute?

Le président élu Donald Trump a demandé lundi à Robert Kennedy Junior, un écologiste qui doute de l'innocuité des vaccins et en lie certains à l'autisme, de présider une commission sur la sûreté de la vaccination.

Cet avocat, fils du sénateur Robert Kennedy et neveu de l'ancien président John F. Kennedy, a comme M. Trump émis de sérieux doutes sur l'innocuité des vaccins et suggéré que certains pouvaient provoquer l'autisme, ce qui a été démenti avec force et unanimement par les autorités médicales sur la base de nombreuses études.

«Il m'a demandé de présider une commission sur la sûreté des vaccins et leur intégrité scientifique», a rapporté M. Kennedy à des journalistes après un entretien téléphonique avec Donald Trump. «Je lui ai dit que j'acceptais», a-t-il ajouté.

«Intégrité scientifique»

La commission présidentielle a pour objectif «de s'assurer de l'intégrité scientifique dans le processus de fabrication des vaccins pour qu'ils soient efficaces et sûrs», a précisé M. Kennedy.

«Le président élu a des doutes quant aux politiques actuelles en matière de vaccins et se pose des questions à ce sujet», a-t-il ajouté.

«Son opinion n'a pas d'importance mais c'est la science qui compte et nous devons regarder la science et en débattre», a poursuivi M. Kennedy. Il a expliqué que M. Trump et lui-même étaient «très en faveur des vaccins» mais voulaient être certains qu'ils «soient aussi sûrs que possible».

M. Kennedy a publié un livre en 2014 dans lequel il décrit les dangers du mercure contenu dans le thimérosal, utilisé dans des vaccins pour éviter toute prolifération bactérienne et fongique.

Lien entre vaccins et autisme

Il a également activement participé à la promotion d'un film documentaire en 2015 liant l'autisme au thimérosal dans les vaccins et attaqué les responsables sanitaires qui rejettent ce lien.

«On donne le vaccin à des enfants et la nuit suivante ils ont une très forte fièvre (...) et trois mois après leur cerveau est détruit», a déclaré M. Kennedy cité par le Sacramento Bee, évoquant "un holocauste».

M. Trump a également suggéré à plusieurs reprises un lien entre les vaccins et le trouble du spectre de l'autisme.

Sur Twitter en 2014 il avait écrit que «de jeunes enfants en bonne santé vont chez le médecin, reçoivent des doses massives de multiples vaccins, ne se sentent pas bien et changent» pour devenir "autistes». «Il y a de nombreux cas comme cela», ajoutait-il.

Un rapport de l'Institut américain de médecine en 2014 qui portait sur huit vaccins donnés à des enfants et des adultes avait conclu «que ces vaccins étaient très sûrs sauf dans quelques très rares exceptions».

(nxp/afp)