Autriche

21 février 2019 15:26; Act: 21.02.2019 15:26 Print

Vendredi à «moitié saint»: Jésus serait «mort de rire»

Vienne a instauré un demi-jour férié le vendredi précédent le week-end de Pâques. Trop coûteux pour les patrons, ridicule pour les employés.

storybild

Archive/Photo d'illustration (Photo: AFP/Philippe Desmazes)

Sur ce sujet
Une faute?

Un pays qui instaure un demi-jour férié supplémentaire pour tous les salariés et suscite le mécontentement général ? Ça se passe en Autriche où la décision de faire du vendredi précédant le week-end de Pâques une journée à moitié chômée fait l'unanimité contre elle.

Le gouvernement autrichien pensait avoir trouvé un compromis acceptable pour se conformer à une récente décision de justice européenne le contraignant à réviser le régime du vendredi saint dans les entreprises : la journée de travail s'arrêtera désormais à 14h, a décidé la coalition entre conservateurs et extrême-droite.

Mais mercredi, au lendemain de l'annonce qui faisait les titres de la presse nationale, les critiques pleuvaient sur cette nouvelle organisation valable dès le 19 avril prochain.

«Ridicule»

Les membres des Eglises évangéliques, qui jusqu'ici bénéficiaient de toute la journée fériée, jugent injuste la solution présentée; le patronat la juge trop coûteuse tandis que les syndicats estiment que le gouvernement «se moque» des salariés.

«Un jour férié qui commence à 14h un vendredi où de toute façon beaucoup de salariés finissent de travailler à la mi-journée est ridicule», a réagi Bernhard Achitz, membre du bureau de la Confédération autrichienne des syndicats (ÖGB).

La journée de travail commençant généralement tôt en Autriche, beaucoup de salariés ont l'essentiel de leurs heures quotidiennes derrière eux lorsque sonne 14h. A cela s'ajoute l'usage dans de nombreuses entreprises autrichiennes de terminer la semaine le vendredi en début d'après-midi.

Un «vendredi à moitié saint»

«Les commerces pourront-ils rester ouverts durant la demi-journée fériée?», s'interrogeait le quotidien «Die Presse», alors que le régime d'ouverture des magasins est étroitement encadré en Autriche.

Les réseaux sociaux ont relayé les critiques sur un mode plus léger, certains ironisant sur un «vendredi à moitié saint», d'autres imaginant Jésus «mort de rire» devant le compromis trouvé. Le vendredi saint précédant le dimanche de Pâques marque pour les chrétiens le jour de la crucifixion et de la mort du Christ.

Dans une décision rendue fin janvier, la Cour de justice de l'UE (CJUE) avait qualifié de discriminatoire la législation autrichienne prévalant jusqu'ici et réservant aux seuls membres de certaines églises chrétiennes l'octroi d'un jour férié à l'occasion du vendredi saint. Ce régime spécial ne bénéficiait qu'aux Eglises protestantes des confessions d'Augsbourg et helvétique, Eglise vieille-catholique et Eglise évangélique méthodiste.

(afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Davspider le 21.02.2019 15:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    hahaha

    Suis étonné qu en Suisse ils ont pas osé mais qu ils le feraient bien... Sinon on fera Noël que pour ouvrir les cadeaux et après retour au travail... Jours fériés de nos jours ça veut plus rien dire A quand le ferié vegan pour aller cueillir les cerises

  • A cona le 21.02.2019 15:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ou va le monde

    Pourquoi pas faire que la moitié du lundi de Pâques aussi ????????

  • Hubert le 21.02.2019 15:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Férié = congé

    Il faudrait convertir tous les jours fériés en congé, ça ne couterait pas plus cher, mais beaucoup plus pratique !

Les derniers commentaires

  • Soyons coherent le 22.02.2019 19:38 Report dénoncer ce commentaire

    Soyons fou

    Plus personne ne crois et personne ne va a l'église donc il faut reorganiser les jours de congés et supprimer les congés lies à la religion.

  • Sans rire le 22.02.2019 14:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est le cas de le dire.

    J'ai lu l'article , cela m'a cloué le bec.

  • Ttcool le 22.02.2019 06:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ttcool

    Eh ben , bafouer les fête de LEternel, c'est une immense et grande erreur. Bonne journée

  • the Taker le 21.02.2019 18:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la lutte des classes

    Haha les mêmes saligauds qu ici... Pourtant c'est pas le même qui dirige leur USAM..

  • Ernest Pellegrini le 21.02.2019 18:03 Report dénoncer ce commentaire

    Pas étonnant !

    "...justice européenne le contraignant à réviser le régime..." Voilà de quoi s'en mêle l'UE plutôt que de se préoccuper des ses oignons ! Par exemple de coûter moins chère au contribuable. Espérons tout de même que l'Autriche ne ce laissera pas faire, et, que en Suisse ne viendront pas s'occuper de nos affaires personnelles. Ils s'étonnent après du populisme montant !

    • Fred Eric le 21.02.2019 20:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Ernest Pellegrini

      Si l'UE s'en mêle les fribourgeois et valaisans devront faire férié le vendredi saint