Cour européenne

30 avril 2019 17:49; Act: 30.04.2019 18:19 Print

Vincent Lambert pourra mettre fin à son agonie

La justice européenne a rejeté la requête des parents qui s'opposaient à l'arrêt des soins de leur fils, dans un état végétatif depuis dix ans.

Sur ce sujet
Une faute?

Plus rien ou presque ne devrait s'opposer à la volonté de Vincent Lambert de mettre fin à son agonie. La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a rejeté mardi la requête de ses parents contre l'arrêt du Conseil d'Etat qui avait validé la semaine dernière la décision d'arrêter les soins de leur fils, dans un état végétatif depuis 10 ans.

La CEDH a «refusé les demandes de mesures provisoires qui lui ont été présentées. Les parents auraient voulu que soit suspendue l'exécution de l'arrêt du Conseil d'Etat du 24 avril 2019 et qu'une interdiction de sortie du territoire soit prononcée à l'intention de Vincent Lambert», a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Vincent Lambert, ancien infirmier psychiatrique de 42 ans, en état végétatif à la suite d'un accident de la route en 2008, souffre de lésions cérébrales «irréversibles», selon les médecins. «Si nous ne pouvons que déplorer cette décision de la CEDH qui condamne Vincent Lambert à mort pour la 5e fois, c'est du CIDPH que nous attendons aujourd'hui et principalement que les droits de Vincent Lambert soient enfin défendus», ont réagi dans un communiqué ses parents, son demi-frère et sa soeur.

Après la validation de la décision médicale d'arrêter les soins par le Conseil d'Etat le 24 avril, ces derniers avaient saisi la CEDH et le Comité international de protection des droits des personnes handicapées (CIDPH) de l'ONU, ultimes recours d'une bataille judiciaire qui dure depuis plus de six ans. Déjà saisie en 2015, la CEDH avait validé l'arrêt des soins dans un arrêt de grande chambre.

Dans cette affaire devenue emblématique du débat sur la fin de vie en France, la famille se déchire entre partisans et opposants de l'arrêt des soins. D'un côté, les parents, le demi-frère et une soeur s'opposent à l'arrêt des soins et traitements; de l'autre, l'épouse Rachel - sa tutrice légale depuis 2016 -, son neveu François et cinq frères et soeurs du patient refusent l'acharnement thérapeutique.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Cuca le 30.04.2019 18:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Droit de mourir dignement

    Enfin il va pouvoir partir.

  • Géraldine le 30.04.2019 18:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    repos

    qu il repose enfin en paix et honte a ses parents a qui on devrait envoyées factures ils n ont penser qu a eux pas a leur fils

  • Joël le 30.04.2019 18:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    enfin

    Cela a assez duré.. Laissez le partir c'est lui qui le veut.

Les derniers commentaires

  • sonia le 01.05.2019 13:51 Report dénoncer ce commentaire

    acharnement thérapeutique

    chacun sa sensibilité. Ensuite, il y a les règles naturelles, qui auraient laissé partir ce Monsieur.

  • Lacenaire le 01.05.2019 11:56 Report dénoncer ce commentaire

    Pas loin du temps ou....

    n'oublions pas que l'histoire de Vincent Lambert pourra aussi bien arriver en suisse, surtout qu'avec certaines mentalités préchi-précha on n'est pas loin du temps des bûchers l'inquisition....

  • frossard corinne le 01.05.2019 11:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vincent lambert

    enfin tu va pouvoir partir c'est egoiste de s'acharner comme sa part va rejoindre les anges et veille sur ceux qui t'aimes

  • renee le 01.05.2019 11:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vincent

    honte aux parents

  • Une maman le 01.05.2019 10:59 Report dénoncer ce commentaire

    Repose en paix Vincent tu le mérites

    Si c'est mon fils qui avait été dans ce cas là, certes, je n'aurais pas validé l'acte avec légèreté, certainement très douloureux d'enlever la vie à son enfant, mais j'aurais accepté sa demande, son choix ! De voir végéter mon fils et qu'il supplie qu'on mette fin à ses jours m'auraient été encore plus insupportable que de le voir mourir ! Son calvaire va enfin prendre fin ! Honte à ses parents qui lui ont offert 10 ans de torture psychique... Enfin sa femme pourra aussi allez de l'avant.