Jérusalem

08 juillet 2018 14:05; Act: 08.07.2018 15:30 Print

Visite sensible d'un nationaliste israélien

Ouri Ariel, ministre israélien, s'est rendu dimanche sur l'esplanade des Mosquées comme l'y autorise désormais la loi.

storybild

L'esplanade est située à Jérusalem-est. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un ministre nationaliste israélien a visité dimanche l'ultra-sensible esplanade des Mosquées à Jérusalem-est, révéré par les juifs sous le nom de Mont du Temple, après une longue période d'interdiction pour les élus israéliens.

Ouri Ariel, ministre de l'Agriculture et membre du parti nationaliste religieux Foyer juif, s'est rendu sur le troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme, situé dans la Vieille ville de Jérusalem et qui est au coeur du conflit israélo-palestinien. Les juifs sont autorisés à se rendre sur ce site, mais la police les empêche d'y prier. Une interdiction que des juifs, y compris des députés, tentent régulièrement de violer.

En octobre 2015, durant une période de violences autour du site, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait interdit aux élus israéliens et aux ministres de s'y rendre. Depuis la semaine dernière, cette interdiction a été levée et le président du Parlement Yuli Edelstein a diffusé des instructions pour les élus désirant se rendre sur le lieu. Selon ce document, les députés devront notamment coordonner leur visite avec la police et n'auront pas le droit de prononcer de discours sur place. Les élus juifs et arabes auront des horaires de visite différents.

Limitation pour les juifs

M. Ariel a déploré à la radio publique la poursuite de l'interdiction de prier pour les juifs précisant qu'il s'agit «du seul endroit au monde avec des telles limitations pour les juifs et c'est pourtant le lieu le plus sacré du judaïsme». Sharren Haskel, une députée du Likoud, le parti de M. Netanyahu qui a également effectué une visite au Mont du Temple dimanche matin.

L'esplanade est située à Jérusalem-est, occupée et annexée par Israël depuis 1967 et dont les Palestiniens veulent faire la capitale de l'État auquel ils aspirent. Depuis l'annexion, Israël assure ne pas vouloir modifier le statu quo autour de ce lieu saint. Selon des règles tacites, les musulmans peuvent y monter à toute heure du jour et de la nuit sur l'esplanade, et les juifs sont autorisés à y pénétrer à certaines heures mais sans y prier.

Mais des ultranationalistes juifs provoquent régulièrement des incidents en tentant de prier subrepticement sur l'esplanade, après y être montés en simples visiteurs. Le rabbinat israélien interdit aux visiteurs juifs de se rendre sur le site mais certains rabbins autorisent leurs fidèles à visiter le lieu sous certaines conditions. Cela crée fréquemment des tensions avec les musulmans qui craignent qu'Israël ne tente de modifier les règles qui régissent l'accès à ce site administré par la Jordanie en coordination avec les autorités palestiniennes.

(nxp/afp)