Messagerie

20 juillet 2018 10:35; Act: 20.07.2018 10:55 Print

WhatsApp agit contre les «fake news» en Inde

La messagerie veut limiter les transferts de messages en Inde, après des meurtres déclenchés par de fausses rumeurs.

storybild

(Photo: Keystone/archive/photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Des rumeurs sur le net autour de la prétendue présence de ravisseurs d'enfants ont coûté la vie à une vingtaine de personnes dans des lynchages par la foule à travers l'Inde ces deux derniers mois, d'après un décompte des médias locaux.

La situation connaît un tel retentissement que le gouvernement indien a menacé cette semaine de poursuivre la plateforme propriété de Facebook, estimant qu'en tant que canal de communication de fausses informations elle «ne peut échapper à sa responsabilité».

En réponse, la société a annoncé qu'elle allait supprimer la possibilité de transférer d'un coup un message à plusieurs discussions à la fois et tester une limite de cinq transferts par message.

Premier marché de WhatsApp

La flèche de transfert rapide à côté de messages contenant un média (photo, vidéo, lien) sera elle aussi supprimée.

Avec plus de 200 millions d'utilisateurs, l'Inde est le premier marché de WhatsApp. Les Indiens y reçoivent quotidiennement un nombre phénoménal de messages et images, qu'ils relayent souvent ensuite au reste de leur répertoire.

Couplée à l'arrivée récente des smartphones et de l'internet mobile jusque dans les zones reculées du pays, cette frénésie fait que les rumeurs infondées se répandent comme une traînée de poudre. Découvrant tout juste ces nouvelles technologies, un pan de la population prend parfois pour argent comptant tout le contenu qui y circule.

«Nous croyons que ces changements - que nous allons continuer à évaluer - vont aider à préserver le but initial de WhatsApp: une application de messagerie privée», a déclaré le groupe technologique américain dans un communiqué.

Lors du dernier lynchage causé par une rumeur circulant sur WhatsApp, une foule de 2000 personnes a battu à mort la semaine dernière un ingénieur informatique de 27 ans dans l'État du Karnataka (sud), croyant avoir à faire à l'un de ces kidnappeurs évoqués sur internet.

Le défunt et ses amis avaient juste offert des chocolats à des enfants du coin.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lau Rent le 20.07.2018 19:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mesures

    je crois que ça serait surtout au gouvernement indien de prendre ses responsabilités et éduquer son peuple

  • PartyParty le 20.07.2018 19:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Que l'Inde assume...

    Que les autorités indiennes assument leur responsabilité pour ce qui arrive du au manque d'éducation et de protection de la population dans cette partie du pays (et dans d'autres regions aussi)... Ce n'est pas la faute à l'application mais de celles et ceux qui l'utilisent à mauvais escient...

  • Robert le 20.07.2018 14:57 Report dénoncer ce commentaire

    Incertain

    En sont-ils certains, l'incrédulité est si facile à exploiter

Les derniers commentaires

  • Lau Rent le 20.07.2018 19:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mesures

    je crois que ça serait surtout au gouvernement indien de prendre ses responsabilités et éduquer son peuple

    • Injustice le 21.07.2018 06:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Lau Rent

      La corruption et l'absence d'une justice correcte est probablement la raison pour laquelle ces gens se défendent tant bien que mal

    • Dede le 22.07.2018 10:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Lau Rent

      Le gouvernement suisse pourrait faire de même avec ses concitoyens crédules aussi, alors ? Parce quil y en a des milliers

  • PartyParty le 20.07.2018 19:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Que l'Inde assume...

    Que les autorités indiennes assument leur responsabilité pour ce qui arrive du au manque d'éducation et de protection de la population dans cette partie du pays (et dans d'autres regions aussi)... Ce n'est pas la faute à l'application mais de celles et ceux qui l'utilisent à mauvais escient...

  • Robert le 20.07.2018 14:57 Report dénoncer ce commentaire

    Incertain

    En sont-ils certains, l'incrédulité est si facile à exploiter

    • None le 20.07.2018 18:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Robert

      Pour que tous les journaux en parlent (viols et meurtre a cause de fausses rumeurs), cest quils doivent être un minimum sûr vous ne pensez pas?

    • Robert le 20.07.2018 21:05 Report dénoncer ce commentaire

      @None

      Oui, mais un minimum, rien de plus. Il est si simple de croiser et dans la foulée fausser les informations.

    • None le 21.07.2018 11:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Robert

      Je comprends votre scepticisme, mieux vaut lêtre que pas du tout. Pour ma part, si je lis que WhatsApp compte agir contre les fake News (titre de larticle) suite aux nombreux dérapages en Inde, cest que linformation doit être correct sinon WhatsApp aurait démenti depuis le départ... Donc bon, on peut être sceptique mais il faut aussi être logique!