Révolte à Hong Kong

14 octobre 2019 11:58; Act: 14.10.2019 11:59 Print

Xi promet de tailler les séparatistes «en pièces»

Alors que le régime chinois fait face à une contestation violente à Hong Kong, le président Xi Jinping a adopté un ton martial pour qualifier les «séparatistes»

storybild

La situation a été de nouveau très tendue ce week-end dans le territoire de Hong Kong. (Photo: Keystone/Fazry Ismail)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président chinois Xi Jinping s'est montré virulent avec ceux qu'il appelle les «séparatistes», dans un contexte de militantisme toujours actif pour l'indépendance du Tibet et de manifestations à Hong Kong. Le chef d'État chinois s'exprimait durant une visite ce week-end au Népal voisin, selon des propos rapportés dimanche par le ministère chinois des Affaires étrangères. «Quiconque se livre au séparatisme dans une quelconque partie de la Chine sera réduit à l'état de poussière et taillé en pièces», a déclaré Xi Jinping.

«Toute force extérieure qui soutient la scission de la Chine se berce d'illusions», a-t-il souligné lors d'une rencontre avec le Premier ministre népalais K.P. Sharma Oli. Ce dernier a indiqué à M. Xi que son pays, frontalier avec le Tibet, «ne permettrait à aucune force d'utiliser le territoire népalais afin de mener des activités séparatistes antichinoises», selon le communiqué de la diplomatie chinoise. Environ 20 000 Tibétains vivent au Népal. Mais sous pression de Pékin, l'actuel gouvernement communiste népalais adopte une position de fermeté contre leurs activités militantes dans le pays.

Si Xi Jinping n'a mentionné aucune région dans ses propos sur le séparatisme, ses commentaires interviennent au moment où des manifestants, parfois violents, ont encore bataillé dimanche avec la police à Hong Kong. Cette région d'environ 1 100 km carrés est une ex-colonie britannique rendue à la Chine en 1997. Elle jouit d'une large autonomie, de la liberté d'expression et d'un système judiciaire indépendant. Mais Hong Kong est perturbé depuis juin, par des manifestants qui exigent davantage d'autonomie face à la mainmise jugée grandissante de Pékin.

(20 minutes/afp)