Accusé de plagiat

22 février 2011 07:06; Act: 22.02.2011 08:42 Print

Zu Guttenberg reconnaît de graves erreurs

Le ministre allemand de la Défense Karl-Theodor zu Guttenberg a demandé que l'on révoque son titre de doctorat, pour des «fautes graves».

storybild

Karl-Theodor zu Guttenberg devra renoncer à son titre de docteur. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le ministre allemand de la Défense, Karl-Theodor zu Guttenberg, a demandé la révocation de son titre de docteur. Il a invoqué des «fautes graves» commises dans la rédaction de sa thèse de doctorat, a-t-on appris lundi auprès de son université.

Le baron zu Guttenberg avait déjà renoncé temporairement vendredi à son titre de docteur, tout en démentant les accusations de plagiat. Il avait toutefois demandé que l'université de Bayreuth, qui lui avait accordé son doctorat en droit en 2006, réexamine son travail.

Dans une lettre transmise lundi soir, le ministre a demandé à l'université de révoquer son doctorat après avoir conclu, au terme d'une étude attentive de sa dissertation, que «de graves erreurs» avaient été faites «qui ne sont pas compatibles avec un travail scientifique», a déclaré Frank Schmälzle, un porte-parole de l'université.

Depuis mercredi, M. zu Guttenberg, 39 ans, se défend contre les accusations d'avoir recopié dans sa thèse de doctorat des passages entiers sans citer leurs auteurs. Ceci lui vaut au moins deux plaintes en justice et le surnom de «Baron copier-coller» ou «Baron von Googleberg».

Soutien de Merkel

La chancelière Angela Merkel est intervenue lundi pour protéger l'étoile montante des conservateurs. «J'ai demandé à M. zu Guttenberg de devenir ministre de la Défense, je ne lui ai pas demandé d'être assistant en sciences ou docteur», a-t-elle souligné.

«Ce qui m'importe c'est son travail en tant que ministre de la Défense. Et il s'acquitte de ses fonctions à la perfection. C'est ce qui compte pour moi», a insisté Mme Merkel, elle-même docteur en physique.

Deux tiers suspects

Des dizaines d'internautes ont identifié 270 pages entachées d'emprunts illégitimes sur 475 pages au total, d'après le dernier comptage datant de dimanche soir. Si l'on exclut la table des matières de 14 pages et les appendices qui occupent plus de 65 pages en fin d'ouvrage, cela signifie que plus des deux tiers de l'ouvrage sont suspects.

Sur leur forum baptisé «GuttenPlag», Les internautes assurent aussi avoir découvert que le ministre avait recopié des passages entiers d'une étude parlementaire reçue en mai 2004, alors qu'il n'était que député. Il ne l'avait citée que dans une seule note de bas de page et sans avoir obtenu d'autorisation écrite pour l'utiliser.

Popularité pas entamée

Vendredi, le ministre avait présenté ses excuses «sincères» à toute personne qu'il aurait pu blesser, mais avait assuré qu'il avait rédigé sa thèse en plus de sept ans de «façon minutieuse». Elle lui avait valu la mention la plus élevée, «summa cum laude».

La popularité de cette vedette atypique de la politique allemande ne semble pour l'instant pas entamée par cette affaire. Dans un sondage publié lundi, 68% des personnes interrogées se déclaraient opposées à sa démission.

(ats/afp)