Afrique du Sud

19 juillet 2019 11:54; Act: 20.07.2019 12:33 Print

Zuma ne veut plus coopérer à l'enquête

L'ancien président sud-africain, soupçonné de corruption pendant son mandat, a décidé ne plus vouloir collaborer dans l'enquête. Il dénonce un «complot».

storybild

Jacob Zuma se dit «calomnié». (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ex-président Jacob Zuma a décidé de ne plus coopérer à l'enquête sur la corruption en Afrique du Sud pendant son mandat, se disant victime de partis pris, a annoncé vendredi son avocat.

«Nous sommes ici aujourd'hui pour dire que nous ne participerons plus à cette procédure», a déclaré Me Muzi Sikhakhane devant la commission d'enquête siégeant à Johannesburg.

«Depuis le début, notre client a été traité en accusé», a ajouté l'avocat, incriminant sous les applaudissements de membres du public «un processus politique où la main gauche ne sait pas ce que fait la main droite».

M. Zuma témoigne depuis lundi devant la commission chargée de faire la lumière sur les nombreux scandales qui ont éclaboussé sa présidence (2009-2018) et l'ont contraint à la démission il y a un an et demi.

Mais, mercredi, la commission avait suspendu l'audition de l'ex-président, son témoin numéro un, qui s'est plaint du ton à ses yeux trop insistant des questions qui lui sont posées. Il devait être entendu vendredi pour une dernière journée si un compromis était trouvé sur les modalités de l'audience.

Depuis lundi , M. Zuma, qui dépose de son plein gré devant cette instance sans pouvoir judiciaire, était pressé de questions sur les témoignages qui l'ont mis en cause.

Sur le fond, l'ex-chef d'État a nié toute implication dans les affaires de corruption citées, criant à la «calomnie» et dénonçant un «complot» destiné à l'éliminer, voire à «l'assassiner».

«Je ne me souviens pas», a-t-il largement esquivé sur les questionnements précis.

(nxp/ats)