Baigneuse mordue en Valais

30 juin 2011 09:29; Act: 30.06.2011 21:36 Print

«Il a emporté un bout de mon bikini»

par Joanna Oulevay - La baigneuse qui a été mordue par un silure mardi soir aux Iles de Sion revient sur sa mésaventure.

storybild

Un silure a mordu une baigneuse. (source: rhône.fm)

Une faute?

Malgré une faune réputée pacifique, les lacs suisses peuvent se révéler dangereux. Comme le révèle le site de «Rhône FM», une Valaisanne en a fait la désagréable expérience. «Tout à coup, j’ai senti une douleur dans le bas ventre, comme un pincement intense», raconte Myriam* à «20 minutes». Comme prise dans un étau, l’enseignante, loin du bord et effrayée, se met à crier. «J’ai compris à ce moment que j’avais été mordue, mais je ne voyais pas par quoi», continue-t-elle.

Seule dans son périmètre, la nageuse ne se laisse cependant pas gagner par la panique. Elle bat des jambes de façon énergique pour se débarrasser de son assaillant, avant de regagner la rive. «Je saignais un peu, et j’ai remarqué qu’un bout de bikini avait été emporté», continue Myriam. Malgré la mésaventure, la quarantenaire ne va pas renoncer à ses baignades. «Je n’irai toutefois plus me baigner le soir, car c’est l’heure où les poissons chassent», avertit la baigneuse malchanceuse.

Les dents du silure râpent

C’est dans un café proche de la gouille, où elle reçoit des soins, que la baigneuse découvre l’identité de l’agresseur. Le biologiste cantonal, frère de la tenancière, est contacté par téléphone. Le spécialiste en déduit immédiatement une morsure de silure. Une photo viendra confirmer son diagnostic. La lésion, longue de 13 centimètres, donne la mesure de la gueule du monstre. «Ces poissons ne sont pas dotés de dents acérées permettant de déchirer de la chair humaine, mais ils peuvent s’attaquer à des animaux en surface, comme des canards», explique le biologiste cantonal Yvon Crettenand. «Le silure s’est simplement trompé de proie», conclut-il en insistant sur le cas unique que représente l’incident en Suisse.

Selon le spécialiste, le silure est un gros poisson d'eau douce qui peut atteindre 50 kg. Cette espèce est toutefois indésirable en Valais, car elle a été introduite illégalement par des pêcheurs qui apprécient sa résistance. Il est donc recommandé aux pêcheurs de signaler les spécimens tués. «Il y a beaucoup de mythes qui gravitent autour du silure». Le président de Fédération cantonale valaisanne des pêcheurs Stefan Wenger reste incrédule lorsque l’incident lui est relaté. «Des fables disent qu’ils peuvent manger des enfants, sourit-il, mais en vérité, ils ne représentent aucune menace pour les humains».

*prénom fictif