Scandale à Neuchâtel

10 mars 2011 07:59; Act: 10.03.2011 15:22 Print

«J'ai fourni la mèche pour tout faire péter»

par Catherine Bex - Frédéric Hainard considère que l'affaire de harcèlement sexuel sur des collaboratrices de l'administration neuchâteloise est intimement liée à la sienne.

storybild

Frédéric Hainard considère que l'affaire de harcèlement sexuel qui touche le SSRT est à la base de sa dégringolade politique. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ancien conseiller d'Etat neuchâtelois Frédéric Hainard estime que c'est parce qu'il a mis son nez dans les dossiers du Service neuchâtelois de la surveillance et des relations au travail (SSRT), à son entrée en fonction, que l'affaire Hainard a éclaté. «Dès que j'ai eu connaissance des agissements de cette personne, j'ai ouvert une enquête interne contre elle, en janvier 2010. J'ai aussi tenté de la déplacer. Peu après, les premiers articles sur mon compte sortaient dans la presse. Le cadre n'ignorait pas que j'entretenais une relation avec l'une des employées du service.»

Dans un communiqué de presse, la Commission d'enquête parlementaire (CEP), qui enquête sur les agissements de Frédéric Hainard, confirme que celui-ci était bel et bien au courant des indélicatesses du collaborateur. Et de préciser: «Il s'est contenté d'isoler cette personne dans un bureau individuel à l'écart du reste de l'équipe.»

Suspension il y a une dizaine de jours

Pour le bouillant avocat, il ne fait aucun doute que les deux affaires sont liées et que l'une découle de l'autre. «Je suis bête, j'ai fourni la mèche pour tout faire péter.» Une version des faits qu'atteste un ex-employé du SSRT. «Il a tenté de faire le ménage! Il a depuis été traîné dans la boue.»

Pour rappel, la maîtresse de Frédéric Hainard avait été engagée au sein du SSRT, ce qui avait ensuite fait scandale dans la République et avait notamment entraîné la démission du jeune libéral-radical. Suspendue provisoirement, le temps d'y voir un peu plus clair, la maîtresse de l'ancien conseiller d'Etat vient de recevoir sa lettre de licenciements, avec fin des rapports de travail à fin avril, selon une information de l'ATS.

En ce qui concerne le cadre soupçonné, il a été suspendu de ses fonctions il y a une dizaine de jours. La CEP devrait rendre prochainement son rapport.

Les commentaires les plus populaires

  • jaimepaslesbananes le 10.03.2011 16:04 Report dénoncer ce commentaire

    Scandales au pluriel

    Scandale à Neuchâtel, SCANDALES A NEUCHÂTEL, OUI! La Suisse romande championne des cantons bananiers, Genève, Neuchâtel c'est la cata. La gauche qui devant l'afflux de frontaliers nie qu'il y a un problème de chômage (Le Locle , excellent exemple). Et les Neuchâtelois qui continuent à avaler les couleuvres de leurs édiles. Energizer? Un mauvais rêve voyons! Tous des assistés ou des gauchistes pour un tel manque de réaction??

  • Jean-Luc le 10.03.2011 10:53 Report dénoncer ce commentaire

    Etat irresponsable

    Bravo M.Hainard, la presse neuchâteloise avait en effet parlé de cette histoire de mobing, peut importe le moyen par lequel l'employeur a appris ce mobbing,selon les directives de la loi et de la SUVA, un employeur à l'obligation et la RESPONSABILITE d'agir en cas de mobbing, les responsables qui n'ont pas agit devront être sanctionnés

  • Waïkiki le 10.03.2011 10:01 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pas un cas isolé...

    Comme dans le privé, c'est la personne qui soulève un problème comportemental d'un collègue ou supérieur qui devient elle-même le problème. Et comme par hasard, la victime "quitte" son poste avant l'autre. Ceci s'applique non seulement au harcèlement, mais aussi à l'incompétence avérée de collègues et supérieurs.

Les derniers commentaires

  • Manon le 11.03.2011 23:13 Report dénoncer ce commentaire

    et plus même...

    non c'est "poubelle est la vie" les plus grands bordel de la planète sont toujours cachés jusqu'au jour où on les découvre, et en général les notables tiennent le pompom!

  • Marcel le 10.03.2011 17:21 Report dénoncer ce commentaire

    Plus belle la Vie

    C'est pas le gouvernement Neuchâtelois, c'est "Plus belle la Vie"

  • allumeur le 10.03.2011 16:23 Report dénoncer ce commentaire

    Boum yop là boum

    Eh oui petite mèche gros pétard et ce n'est pas du harcèlement c'est la vérité

    • fataliste le 20.04.2011 17:05 Report dénoncer ce commentaire

      République bananière

      Je soutiens que c'est le peuple qui a choisi toutes les personnes du conseil d'état. De là à dire que les citoyens ont les conseillers qu'ils méritent, je ne me generai pas de faire le saut. La corruption est la base du fonctionnement de l'état de neuchâtel, et cela déjà à l'époque des prussiens. Ce qui me surprendrait le plus, c'est que la population descende dans la rue pour leur signifier que cela ne va plus, une petite révolution, quoi. Mais là, il est plus simple d'attendre le prochain messie, pour à nouveau le clouer au pilori.

  • jaimepaslesbananes le 10.03.2011 16:04 Report dénoncer ce commentaire

    Scandales au pluriel

    Scandale à Neuchâtel, SCANDALES A NEUCHÂTEL, OUI! La Suisse romande championne des cantons bananiers, Genève, Neuchâtel c'est la cata. La gauche qui devant l'afflux de frontaliers nie qu'il y a un problème de chômage (Le Locle , excellent exemple). Et les Neuchâtelois qui continuent à avaler les couleuvres de leurs édiles. Energizer? Un mauvais rêve voyons! Tous des assistés ou des gauchistes pour un tel manque de réaction??

  • Etienne L. le 10.03.2011 15:56 Report dénoncer ce commentaire

    La victime improbalble...

    Lorsque l'on a perdu sa crédibilité en usant de méthode contraire à la déontologie que la fonction occupée requiert, en usant de son pouvoir à des fins personnelles, en se montrant orgueilleux et borné malgré les faits, il reste encore un espoir au débauché, se faire victime du système, devenir la proie du grand méchant loup...