Témoignage

13 février 2020 18:44; Act: 13.02.2020 20:00 Print

«Je vidais l'alcool de ma maman dans l'évier»

par Pauline Rumpf - Pour la semaine d'action "Enfants de parents dépendants", Delphine*, 20 ans, a accepté de nous raconter son enfance avec une mère alcoolique.

Sur ce sujet
Une faute?

Ils seraient quelque 100'000 enfants en Suisse à vivre avec un parent souffrant d'une addiction à l'alcool, ou à une autre substance. Pour eux, Addiction Suisse mène une semaine de sensibilisation depuis lundi. Delphine*, 20 ans, a accepté de nous raconter son expérience.

«Elle me disait que ce n'était qu'un verre»

Comme eux, Delphine a dû apprendre à être adulte à l'âge où d'autres profitaient encore, insouciants, de la place de jeu. «Il y avait toujours des complications. A 6 ou 7 ans je devais faire à manger moi-même, ou aller faire les courses avec ma mère pour l'aider à marcher droit. Un enfant, c'est une éponge, on sentait bien qu'il y avait un problème même si on ne le comprenait pas.»

Pour Delphine et son frère, la différence entre maman et papa était claire. «Je grondais ma mère quand elle buvait, elle me disait que ce n'était qu'un verre mais je lui disais qu'il y en aurait sûrement un deuxième ou un troisième, et qu'elle ne devait pas faire ça, mais elle était dans le déni. Je vidais ses bouteilles d'alcool dans l'évier avant de les remettre au frigo. J'essayais de la sauver, forcément. Et cela me mettait très en colère, et me faisais culpabiliser à la fois car je pensais que c'était de ma faute.» Son papa a fini par leur expliquer la situation.

De l'écoute et du soutien

Delphine a toutefois réussi à en parler, chercher des conseils sur ciao.ch et a pu trouver de l'aide auprès d'un psy. Aujourd'hui, à 20 ans, elle participe à la campagne d'Addiction Suisse car elle aimerait que les jeunes soient mieux informés et dirigés vers les ressources qui s'offrent à eux. «C'est difficile d'aimer sa mère et de ne plus vouloir la voir en même temps, raconte Delphine. Mais mon message, c'est que c'est normal de ressentir tout ça. De la peur, de la culpabilité, de la colère, de l'amour, de la tristesse. C'est normal.»

La jeune femme appelle ceux qui constatent ce genre de situation à se mettre à disposition de l'enfant. «Ce dont on a besoin, ce n'est pas d'un sauveur. C'est que quelqu'un nous écoute, nous demande de quoi on a besoin, et nous propose des solutions, sans jugement.» Et de rappeler que l'alcoolodépendance est une maladie, pas une fatalité, et que faute de pouvoir en guérir on peut en tout cas apprendre à vivre avec. Addiction Suisse ajoute que les jeunes qui ont vécu la dépendance de près ont 6 fois plus de risques d'en développer une eux-mêmes plus tard, et doivent donc être accompagnés.

«Aujourd'hui je travaille dans le social car je veux pouvoir agir sur ce genre de situations et ne pas reproduire ce que j'ai vécu, conclut Delphine. Ma vie est à peu près normale, j'ai coupé les ponts avec ma mère pendant un an et notre relation se remet gentiment en place. Aujourd'hui je sors, il m'arrive de boire, je ne veux pas que mon enfance particulière m'empêche de vivre. Et j'aimerais que les autres enfants qui se trouvent dans mon cas sachent qu'ils ne sont pas seuls. Tout le monde connaît quelqu'un dont la consommation d'alcool est problématique. Ça ne doit pas être un tabou.»

*prénom d'emprunt

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • panda masqué le 13.02.2020 19:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    merci

    Ça pourrait être mon histoire. Merci pour votre témoignage. J aurais bien aimé pouvoir en parler à l époque, il y a de cela 25 ans... Les structures n étaient pas les mêmes... Ma mère n est plus là... J avance. Prenez soin de vous

  • mireille Giobellina le 13.02.2020 18:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mère alcoolique

    bonjour, j'ai 43 ans et j'ai aussi grandis avec une mère alcoolique, borderline. Elle avait l'alcool méchant. ma grande soeur et moi avons vu et vécu des choses qu'aucun enfant devrais vivre. ce qui était difficile pour moi à comprendre, c'était la ne te aimante et incroyable à jeun et le monstre qu'elle devenait quand elle buvait. j'ai d'ailleur sauté sur l'occasion de m'éloigner d'elle à l'âge de 20 ans. j'ai quitter le Québec pour venir en suisse. Elle est morte prématurément et au lieu de pleurer, ma soeur et mon avons été soulager.

  • vdbevs le 13.02.2020 19:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le fléau des dépendances

    C'est triste. Ce n'est pas rare vu le chiffre avancé par Addiction. L'histoire de cette jeune fille, s'est bien terminée. Mais pour combien d'autres qui finissent mal. Il s'agit d'une belle initiative, cette semaine de la dépendance.

Les derniers commentaires

  • Gégé le 14.02.2020 12:07 Report dénoncer ce commentaire

    Super témoignage!

    Marqué à vie pour l'alcoolisme de ma mère pourtant j'avais 25 ans et n'habitait plus chez elle, quand j'ai réalisé sa dépendance. J'ose pas imaginer si ce calvaire était arrivé pendant mon enfance.

  • paul le 14.02.2020 08:12 Report dénoncer ce commentaire

    Oui

    Moi jaime aller en amgleterre

  • clementine le 14.02.2020 07:54 Report dénoncer ce commentaire

    Brossage dents

    Moi je suis accro a mon dentifrice aux fraises!!

  • pierre le 14.02.2020 07:52 Report dénoncer ce commentaire

    Courage!!

    Cest commercial la st valentin et stupide!! Quand on saime cest tous les jours, pas juste un seul!! Je deteste ce jour!!

  • tony le 14.02.2020 07:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cqfd

    Il y a aussi la complicite de l etat qui ne retire pas la garde des enfants a un ou des parents alcooliques!