Affaire Marie Garnier

23 octobre 2019 16:03; Act: 23.10.2019 17:34 Print

«Justice grâce à un procureur désintéressé»

Marie Garnier, qui avait démissionné du Conseil d’État fribourgeois en novembre 2017, a été blanchie dans le cadre de l'affaire de violation du secret de fonction qui la visait. Elle se dit «soulagée».

storybild

L'ancienne conseillère d'Etat verte fribourgeoise Marie Garnier a fait part de sa satisfaction après avoir été blanchie dans le cadre d'une enquête pénale pour violation du secret de fonction.

Sur ce sujet
Une faute?

L'ancienne conseillère d'Etat verte Marie Garnier a réagi mercredi à l'ordonnance de classement prononcée par le procureur extraordinaire neuchâtelois Pierre Aubert. C'est la fin d'une affaire de violation du secret de fonction, instruite d'abord par le procureur général fribourgeois Fabien Gasser, puis reprise par le procureur extraordinaire neuchâtelois Pierre Aubert.

Sentiment général

Marie Garnier: C’est la victoire de l’honnêteté et de la responsabilité. Car j’ai toujours pris mes responsabilités, pour les projets que j’ai menés, mais aussi vis-à-vis des collaborateurs de l’État, et en particulier envers ceux qui étaient menacés. Je n’ai jamais eu d’intérêt personnel dans cette affaire. Je suis soulagée que justice soit faite même s’il a fallu pour cela le regard venu d’un autre canton, le procureur général de Neuchâtel, politiquement désintéressé, pour redonner son juste poids aux choses, en l’occurrence en classant l’affaire. On oublie que toute cette histoire a été déclenchée parce que le préfet de la Sarine avait été menacé d’enquête administrative par le Conseil d’État.

200 articles de presse

MG: C'est un signal aussi pour une certaine presse qui a fait du people et a exagéré la portée de ce qui a été fait. Il y a eu 200 articles sur ce sujet avec des attaques infondées et inutilement blessantes qui ont causé de grandes difficultés à ma famille. De fil en aiguille, la réalité était déformée. Mais je constate après les élections de ce week-end que le peuple est clairvoyant et ne se laisse pas prendre au piège de ce genre de feuilletons, digne des pires tabloïds !

Levée de l'immunité et absence de solidarité

MG: J’espère que le Conseil d’État tirera une leçon de cette affaire et apprendra les vertus de la solidarité pour le futur, surtout envers les élus qui n’appartiennent pas à la majorité. Il est important aussi d’expliquer au Grand Conseil la valeur constitutionnelle de l’immunité, pour que les élus de l’exécutif puissent exercer leur fonction au service de l’intérêt général.

Démission et deuil

MG: Je n'ai pas de regrets d’avoir quitté ma fonction vu l’accident de montagne qui a coûté la vie à mon compagnon. Personne ne connaît l’heure de son départ. Mais j’ai pu lui consacrer la dernière année que la vie lui a donnée. Il le méritait. Et mon successeur, un homme de droite, a plus de moyens que je n’aurais jamais eu pour réaliser le programme de législature. Ceci dit, le peuple saura de nouveau élire une femme verte pour équilibrer le prochain gouvernement! Il faut cette vision... et peut-être que cette fois le fait d’être femme sera un avantage. Le peuple vient d’élire une majorité de femmes au Conseil National. Et les Verts alliés au parti centre gauche - chrétien social ont manifestement la même force politique que les radicaux.

Des jeunes et des femmes

MG: J'ai la satisfaction du devoir accompli! D'ailleurs ces derniers temps, de nombreuses réalisations de projets que j’ai lancés voient le jour. Je suis très satisfaite, j’ai toujours agi honnêtement et avec conviction. Je vois maintenant grandir les fruits de mon engagement, un engagement repris par les jeunes et les femmes. Mon combat est relayé et a trouvé de nouveaux messagers. Je finirai par une citation d'Eric Cantona: «Quand les mouettes suivent le chalutier, c’est qu’elles pensent qu’on va leur jeter des sardines.»

(apn)