Homicide de Riaz (FR)

29 mars 2011 10:42; Act: 29.03.2011 11:52 Print

«Le meurtrier doit se rendre à la police»

L'homme qui a tué son jeune rival à Riaz, dans le canton de Fribourg, court toujours. Le procureur l'appelle à se rendre.

Sur ce sujet
Une faute?

L'auteur de l'homicide perpétré samedi à l'aube à Riaz (FR) est en fuite. Son chemin a passé par le Valais, dans la région de Martigny. La police fribourgeoise a pris toutes les mesures pour qu'il puisse être interpellé en Suisse ou à l'étranger.

Lors d'un point presse mardi à Fribourg, le procureur en charge du dossier Philippe Barboni a lancé un appel à l'auteur des coups de feu ayant coûté la vie à un jeune homme de 23 ans. Il l'a enjoint de se mettre à la disposition de la police, de prendre contact avec la police fribourgeoise ou une autre, ou avec le procureur.

En l'état, le procureur n'a pas de raison de penser que le fuyard est armé. Il travaille sur deux hypothèses: la fuite de cet homme de 54 ans ou le suicide de cette personne.

M. Barboni a confirmé un certain nombre d'informations déjà connues et a en apporté de nouvelles en particulier sur l'arme du prévenu. Il a en revanche refusé d'entrer en matière sur les informations de plusieurs médias auxquels l'épouse s'est confiée.

Muet sur les motifs

En résumé, cette jeune femme vit séparée de son mari depuis le début de l'année, s'est installée chez ses parents et entretenait une relation intime avec la victime, cuisinier dans l'établissement qu'elle gère avec son mari à Bulle (FR). «J'aimerais pouvoir discuter des motifs directement avec le prévenu», a dit pince-sans- rire le procureur.

Commissaire technique et chef de l'identité judiciaire fribourgeoise, Eric Stauffer a indiqué que huit coups de feu ont été tirés sur la victime assise dans son véhicule. Sept coups ont traversé de part en part son corps; plusieurs étaient mortels.

Le 8e coup a effleuré son bras. Tout a été tenté pour le sauver, mais le jeune homme est décédé sur place. Le drame s'est déroulé sous les yeux de l'épouse du prévenu.

Ancien pistolet d'ordonnance

Ce dernier a utilisé un pistolet 7,65 parabellum, ancien pistolet d'ordonnance démilitarisé. L'arme et une boîte de munitions entamée ont été retrouvées au domicile du prévenu. Ce dernier n'avait officiellement pas d'arme enregistrée à son nom. L'homme n'a pas d'antécédents judiciaires et n'est pas connu pour être violent.

Le procureur a insisté sur deux principes, celui de la présomption d'innocence et le respect de la sphère privée des personnes impliquées ou concernées. Tant qu'il n'y a aura pas de nouvel élément, il ne communiquera plus.

(ats)