Jura

11 novembre 2019 05:59; Act: 11.11.2019 05:59 Print

«Mes voisins les douaniers me font vivre un enfer»

par Francesco Brienza - Une femme vit juste au-dessus d'un poste de douane. Selon elle, les nuisances seraient insupportables. La Confédération jure qu'elle va faire un effort.

storybild

L'appartement de Séverine (à l'étage) surplombe un poste de douane (au rez). (Photo: Google)

Une faute?

Entre original et infernal, la frontière est parfois ténue. Surtout quand on vit dans une douane. Depuis quatre ans, Séverine se bat contre les nuisances engendrées par son envahissant voisin: elle vit au-dessus du poste de Beurnevésin. «Ma maman a acquis l'immeuble en 2015, raconte-t-elle. Quand je me suis installée ici, j'étais loin d'imaginer à quel point c'était invivable.» Du boucan très souvent la nuit, de fortes lumières: pour la Jurassienne, il est devenu quasi impossible de dormir. Mais ce n'est pas tout. «Comme tout le monde pense que c'est un bâtiment national, les passants piqueniquent sur mes marches, laissent des déchets ou leur vélo sur la propriété. C'est usant.»

Ses nombreux courriers à l'Administration fédérale des douanes (AFD) ont mis du temps à déployer des effets. «Les deux premières années, c'était l'enfer, se souvient-elle. Depuis, ils font des efforts, mais ça reste très difficile.» Dernier couac en date: des va-et-vient dans le couloir, qui ne doit pourtant être accessible aux douaniers que sur demande. «Je n'ai pas envie de tomber nez-à-nez sur des hommes armés à chaque fois que j'ouvre ma porte, s'offusque-t-elle. C'est quand même gênant.»

Le poste de Beurnevésin n'est pourtant qu'un point d'appui. «Seules les patrouilles mobiles s’y rendent, uniquement lorsque, lors d’une interpellation, des contrôles de sécurité sont nécessaires», précise Donatella del Vecchio, porte-parole de l'AFD. Ce qui, selon Séverine, correspond à plusieurs fois par semaine, pendant plusieurs heures. L'AFD se dit consciente des désagréments ressentis par la locataire des lieux. Elle les regrette. «Dans le but de trouver des solutions pour que la cohabitation se passe le plus sereinement possible, une séance entre les locataires et la propriétaire devrait avoir lieu prochainement», conclut sa porte-parole.