Manif étudiante pour le climat

18 janvier 2019 18:20; Act: 19.01.2019 11:14 Print

«Sans grève, on ne nous aurait même pas calculés»

par Pauline Rumpf/Maria Pineiro - Des milliers d'étudiants sont descendus dans la rue en Suisse romande pour exiger des mesures contre le changement climatique. Une conseillère d'Etat vaudoise propose une rencontre.

Sur ce sujet
Une faute?

«On est sauvés, les politiciens sont des plantes vertes», ironise une gymnasienne avec sa pancarte. Dans les rues envahies par quelque 8000 étudiants, apprentis et écoliers vaudois en grève, l'humour se mélange aux revendications sur les innombrables banderoles de ces jeunes: «Les calottes sont cuites», «Winter is not coming», «Les dinos aussi pensaient avoir le temps», ou encore «Arrêtons de niquer notre ère».

«On fait la grève parce que les politiciens ne prennent pas les mesures nécessaires», explique Zélie, 18 ans, gymnasienne à Renens. «On perçoit l'urgence de la situation, et on se dit que ça ne sert à rien d'étudier si personne n'écoute les gens formés, comme les scientifiques qui nous alertent sur le réchauffement climatique», ajoute Lou, 17 ans, «On est les premiers concernés, on sera là après nos parents», rappelle Mélina, 14 ans.

«Plus de maturité que certains adultes»

Les passants curieux venus voir défiler l'impressionnant cortège sont unanimes. «C'est bien, ils s'impliquent, ça fait plaisir à voir», commente par exemple une vendeuse devant son magasin. «C'est fou, ils montrent plus de maturité que certains adultes», rigole le client d'un restaurant. Par voie de presse, le Prix Nobel vaudois Jacques Dubochet a lui aussi soutenu le mouvement dans le «Journal de Morges».

Du côté politique, la conseillère d'Etat Cesla Amarelle a annoncé sur Facebook qu'elle invitait les jeunes à envoyer une délégation pour la rencontrer, afin de discuter de mesures à prendre dans le domaine de la formation. «Sans grève, elle ne nous aurait même pas calculés, c'est la preuve que c'était nécessaire», réagit une élève. Plusieurs élus ont par ailleurs partagé leur soutien au mouvement sur les réseaux sociaux.

Mobilisation moindre à Genève

A Genève, le rendez-vous avait été donné à 14h à la place Neuve. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il a été honoré, puisque 4000 élèves du secondaire, cycle et postobligatoire, s'y sont rendus. Le cortège, calicots et banderoles de toutes tailles et couleurs, est parti à 14h30, dans une ambiance joyeuse et à un rythme soutenu pour rejoindre deux heures plus tard la place des Nations.

Aux avant-postes, de jeunes skateurs enchaînaient des figures sur l'asphalte libéré par la police, derrière, le défilé s'ouvrait sur de larges banderoles. Dans les rangs, certains slogans connus, comme «On est plus chauds que le climat» ou «Et un, et deux et trois degrés», côtoient des messages plus originaux: «Le climat c'est comme la bière, c'est pas bon quand ça se réchauffe!»

Le cortège s'est ensuite engouffré dans les rues basses avant de traverser le point des Bergues en rang d'oignon et d'être accueilli par un petit vent glacial au bord du lac. Ce n'est pas cette petite contrariété qui a refroidi les élèves, ils ont improvisé quelques sit-in et répondu aux nombreux médias présents dans un joyeux capharnaüm.

Nous sommes prêts à faire des efforts

Le message qu'ils voulaient faire faire passer, c'est celui de l'urgence d'agir. La plupart ont suivi de près ou de loin les péripéties de la loi sur le CO2 et s'offusquent de voir les politiques «ne rien faire». Ils estiment important de faire «entendre leur voix et de montrer, dit Aline, que les jeunes se mobilisent pour le climat. Que nous sommes prêts à faire des efforts pour réduire notre impact environnemental». Pour Sara, les choses sont claires, il faut «consommer moins, mais mieux».

Le cortège a rallié la place des Nations sans encombre selon la police, aux alentours de 17h.

Des grèves dans de nombreuses villes

Outre Lausanne et Genève, la manifestation a eu lieu dans une quinzaine de villes de Suisse ce vendredi. A Fribourg, les jeunes étaient près d'un millier à défiler derrière une banderole indiquant: «Chers politiques, nous serions à l'école si vous faisiez votre travail». Les jeunes ont également défilé à Sion (300 personnes), Neuchâtel, ou encore Bienne. Cette semaine, des «grèves du climat» ont aussi lieu ailleurs en Europe, comme en Belgique où 12'500 étudiants sont descendus dans les rues de Bruxelles.




L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • JDadoré le 18.01.2019 19:01 Report dénoncer ce commentaire

    Faire les bons choix

    Bravo à ces jeunes pour cette prise de conscience mais il faut aussi agir! Les week-ends low cost avec EasyJet 4 à 5 fois par année, les phones, tablettes et autres appareils en charge 24/7/365, les achats en ligne du style amazon, zalando etc... avec livraison, retour, re-livraison et re-retour toutes les semaines toute l'année, ça pollue aussi si jamais. C'est très bien de manifester mais c'est aussi votre choix d'adhérer ou non à la société de surconsommation.

  • Jules C. le 18.01.2019 19:41 Report dénoncer ce commentaire

    On est d'accord

    Que parmis tous ces étudiants, aucun n'a de voiture, ils sont tous venus en TP, à pied ou à vélo et qu'ils ne prennent jamais l'avion pour les vacances ? Ah on me souffle à l'oreille que non, et vous voulez être crédible ?

  • Jo le 18.01.2019 19:53 Report dénoncer ce commentaire

    Attendons pour voir

    Rendez-vous en juin au parc Bourget à Lausanne avec tout ces jeunes étudiants afin de voir si la mise en pratique des mesures voulues aujourd'hui seront toujours d'actualité. Pour rappel, ces dernières années gazon brûlé, bouteilles et autres déchets de toute nature étaient bien présent !

Les derniers commentaires

  • Louis Segessenmann le 19.01.2019 21:16 Report dénoncer ce commentaire

    Des profiteurs

    Des milliers de gymnasiens ou autres profite juste de se mouvement pour ne pas aller en cours c'est tout, et c'est malheureusement très triste surtout pour un sujet aussi important.

  • Lundi le 19.01.2019 20:17 Report dénoncer ce commentaire

    Persévérance positive

    J'espère souhaite que cette manif soit positive. Surtout que ces jeunes se comportent avec respect dans la vie normale... lettering nooo.... ce n'est que le début de l'aventure de sauver la planète interdir ! Courage vous aurez beaucoup beaucoup de travail.mais ce n'est jamais trop tard. Positive lundi

  • Patrick le 19.01.2019 17:49 Report dénoncer ce commentaire

    Inutile et joli prétexte pour ne pas bosser

    Bla bla déjà quel est le bilan écologique de cette manifestation? Pourquoi manifester ou faire grève le vendredi au lieu du samedi? Laissez ce privilège ànotre pays voisin, on a pas besoin à ce que cela déteigne chez nous

  • Foxsyphi le 19.01.2019 17:40 Report dénoncer ce commentaire

    Sacrée phrase

    *Elle ne nous aurait même pas calculés * Ça c'est du Français de seconde zone ! Est-ce qu'on calcule des gens ???

    • m bachkum le 19.01.2019 18:30 Report dénoncer ce commentaire

      Le français pour les nuls

      Il semblerait qu'il y ait du boulot à ce niveau. Et la grève n'arrange rien, sauf les profs...

    • Joe le taxi le 19.01.2019 20:50 Report dénoncer ce commentaire

      On roule bien des voitures.

      Ou on marie quelqu'un...

  • Universal le 19.01.2019 16:33 Report dénoncer ce commentaire

    Cher étudiants...

    Pouvez-vous aller en Chine/ aux USA pour manifester votre mécontentement concernant les émissions de Co2 ? Car, comme vous devez le savoir, la Suisse fait partie des pays qui evolue dans le sens que vous souhaitez (1% d'emission total du monde). En 2012, la Suisse fesait partie du top 10 des pays concernant l'écologie.

    • Ryan le 19.01.2019 17:05 Report dénoncer ce commentaire

      Au secours

      Par habitant, la Suisse est l'un des plus gros émetteurs de CO2 au monde. La faute à notre pouvoir d'achat qui nous permet par exemple de voyager plus ou d'acheter des voitures trop puissantes. Et en plus vous confondez pollution, écologie et émissions de CO2. Bref, vous n'avez rien compris.

    • Paty Buhler le 19.01.2019 19:34 Report dénoncer ce commentaire

      Ah les math...

      Vous devriez y retourner au études. 1% provoqué par 0,1% cela représente en réalité 10%