Genève

22 janvier 2018 12:46; Act: 25.01.2018 10:34 Print

«Toute mère aurait rêvé d'une fille comme elle»

Le corps sans vie d'une Genevoise de 19 ans, qui avait disparu en novembre, a été découvert le 17 janvier à Cheyres (FR). Un Suisse de 21 ans a été arrêté par la police.

storybild

Le corps sans vie d'une Geneveoise portée disparue depuis décembre a été retrouvé le mercredi 17 janvier dans une zone marécageuse à Cheyres (FR), au bord du lac de Neuchâtel.

Sur ce sujet
Une faute?

Un promeneur a fait une découverte macabre dans une zone
marécageuse au bord du lac de Neuchâtel à Cheyres (FR), le mercredi 17 janvier. Sur place, la police a constaté que la victime était décédée depuis plusieurs semaines. Il s'agit d'une Genevoise de 19 ans signalée disparue depuis le 22 novembre 2017. Deux jours après, les enquêteurs ont interpellé un Suisse de 21 ans, domicilié dans la région et qui connaissait la victime.


«Que ça aille ou pas, elle était là»
Alors que l’enquête se poursuit, les proches de la jeune femme lui rendent hommage. «Mes deux enfants étaient très liés à Samantha. Nous avons déménagé de Genève en Valais mais les liens sont restés. Elle aimait prendre soin de tout le monde. Je l’ai vue s’occuper à 12-13 ans de son arrière-grand-mère. Elle adorait faire les courses pour elle. C’était une fée. Toute maman aurait rêvé d’avoir une fille comme Samantha: extrêmement gentille, altruiste, compréhensive.» Encore sous le choc de l’annonce du meurtre d’une jeune fille qu’elle a vu naître et grandir, Fabiola est effondrée. Sa fille Jade, 16 ans, est dans le même état. «Samantha adorait chanter et jouer de la guitare. Quand ça allait, elle était là. Quand ça n’allait pas, comme lorsque j’ai eu des problèmes au foyer où j’étais placée, elle était également là. C’était à la fois ma meilleure amie et ma grande-sœur. Le jour de sa disparition, elle devait venir me voir vers midi à Martigny (VS) mais elle avait loupé son train», décrit la jeune femme.

«J’ai perdu ma fille de cœur»
«Elle n'a pas eu une vie facile. Mais à chaque fois qu'elle est tombée, elle a réussi à se relever», salue une habitante du Lignon, quartier de Vernier (GE) dont est originaire Samantha.
Un proche de la maman de la jeune fille qui se disait «Italienne et Belge» est, lui aussi, effondré. «J’ai posé des avis de recherche à Genève, Lausanne, Yverdon, Cheyres... Mais je n’en ai pas fait assez puisqu’elle n’est plus là. J’ai perdu ma fille de cœur», témoigne l'homme de 45 ans. Les recherches s'étaient amplifiées sur les réseaux sociaux et même la chaîne italienne RAI a évoqué la disparition.

Dernier signe de vie à la gare de Genève
Samantha n'avait plus donné signe de vie depuis la soirée du 22 novembre quand, de Genève, elle a embarqué dans un train en direction d'Yverdon-les-Bains. Vraisemblablement, elle avait rendez-vous avec un jeune employé dans un restaurant à Cheyres. «Je ne m'explique pas comment il a pu en arriver à un geste aussi extrême», réagit une connaissance du tueur présumé et de la victime.

(apn)